Technologie :

Ces innovations qui redonnent le sourire !

L’esprit humain n’a pas fini de nous surprendre par sa créativité et son ingéniosité. Andrew Turton et Pete Ceglinski, deux surfeurs espagnols, ont créé des poubelles pour aider à nettoyer les océans. La sud-africaine Sarah Collins rencontre par hasard Moshy Mathe dans un avion, l’une a l’idée, l’autre les moyens, de leur coopération nait un mijoteur écologique. Lipa Aisa Mijena, une jeune philippine, conçoit des lampes pour les populations qui vivent dans des endroits isolés, sans électricité. Et il existe nombreuses autres brillantes idées à travers le monde.

Hair (Copier)
© Nebia

Des innovations, il y en a beaucoup et elles ne sont pas forcément toutes en adéquation avec l’environnement. Nous avons choisi de mettre en avant certaines découvertes, souvent inconnues, qui nous semblent répondre aux problèmes actuels, sociétaux et environnementaux. Dans un monde où l’innovation est souvent synonyme de technologie de pointe, n’oublions pas que derrière un concept high-tech ce sont souvent les idées les plus simples qui permettent les avancées les plus humanistes.

  • Une idée qui sauve des vies !
    Lorsque vous partez en randonnée pour plusieurs jours, plus la peine de prendre des litres d’eau dans votre sac. Mettez y plutôt un filtre à eau personnel comme le LifeStraw, imaginé par Mikkel Vestergaard Frandsen et son équipe. Il ressemble à une paille géante et permet de rendre l’eau potable et salubre, qu’elle vienne d’une rivière, d’un lac ou même d’une flaque. Dans les pays où l’eau pose un sérieux problème sanitaire cette invention est une véritable révolution. Elle permet, en particulier, de prévenir certaines maladies diarrhéiques. Créé en 1996, LifeStraw est devenu une gamme complète de produits.
    Sur le même principe, Askwar Hilonga propose le nanofiltre à eau. Ce chimiste tanzanien, expert en nanotechnologies, utilise ses connaissances pour aider à résoudre le problème de l’eau potable dans son pays. Plus que filtrer simplement les micro-organismes, son invention permet aussi de filtrer les métaux lourds et les pesticides. Elle est déjà proposée à la vente depuis plusieurs mois.
  • Une idée propre !
    Pendant longtemps on a pris les océans pour une décharge sans fond. Maintenant on voit de plus en plus d’initiatives pour les nettoyer, telle que Seabin. C’est une poubelle qui aspire les objets flottants, les huiles, les détergents etc. Tout ce qui se trouve à la surface de l’eau et la pollue. La poubelle se remplit avec les détritus et les eaux sont ensuite filtrées pour se séparer des huiles avant de retourner à la mer. Il suffit ensuite de vider manuellement la poubelle, nettoyer le filtre et hop, on nettoie ainsi les ports, les marinas, les côtes… les zones proches de la terre, qui sont dans un environnement contrôlé. Ce sont les zones les plus touchées par la pollution humaine. Pas encore commercialisé, le projet a atteint au début de l’année le financement qu’il demandait sur une plateforme de financement participative.

     

  • Une idée qui sent bon !
    Pourquoi laisser mijoter sur le feu votre plat quand vous pouvez utiliser le wonderbag ? C’est un éco-mijoteur non électrique, un système ingénieux qui permet de continuer votre cuisson sans apport supplémentaire d’énergie et ça durant plusieurs heures. Il utilise simplement le principe de rétention de chaleur. Il est très utile dans les pays d’Afrique, où les femmes passent beaucoup de temps à cuisiner, au bois le plus souvent. Le wonderbag permet ainsi une diminution de l’inhalation des fumées, des risque de brûlure, de la quantité de bois utilisé et du temps passé à s’occuper de la cuisine. Une vraie libération pour toutes ces femmes. Selon leur site internet « 750 000 Wonderbags ont déjà été fabriqués et distribués à travers le monde ». A chaque wonderbag acheté aux États-Unis ou en Europe, un wonderbag est donné à une famille en Afrique : c’est le projet BOGO, Buy One Give One.
Wondebag Evasion Rouge (Copier)
© Wonderbag
  • Une idée lumineuse !
    Faire de la lumière avec de l’eau de mer, c’est possible avec le projet SALt, venu tout droit des Philippines. Un simple verre d’eau salée, une plaque de métal, une réaction électrochimique. C’est un procédé chimique simple qui permet d’avoir de la lumière durant 8 heures, sans danger. On peut même y faire charger son téléphone grâce à une prise incorporée à la lampe. Ces lampes sont une solution efficace pour les populations insulaires ou isolées qui ne sont pas reliés au réseau électrique et qui utilisent un éclairage au kérosène, cher et nocif pour leur santé et pour l’environnement. Elles sont actuellement à destination des communautés isolées et à des associations mais seront accessibles au grand public dans les mois qui viennent.

    Salt2
    © SALt
  • Une idée bien pratique !
    Vous culpabilisez à chaque douche en voyant toute cette eau gaspillée ? Vous ne vous lavez plus pour économiser les ressources en eau ? La solution : les douches écologiques. Elles sont idéales pour utiliser un minimum d’eau tout en ayant le temps de bien se savonner. Par exemple, Showerloop, « une douche qui recueille, nettoie et réutilise l’eau en temps réel pendant que vous prenez une douche ». En moyenne, leur site internet indique : « 90% d’économie de consommation d’eau et de 70 à 90% d’économie d’énergie pour une douche de 10 minutes avec un débit de 10 L/min ». Cette douche sera disponible très prochainement.
    Un autre concept, Nebia Shower. Inspiré de la technologie aéronautique, le pommeau de la Nebia Shower permet de diffuser une fine bruine. Le jet a une surface de contact dix fois plus importante que celle obtenue avec un pommeau classique, ce qui lui confère une bonne efficacité. Cette installation permet d’économiser jusqu’à 70% d’eau. Elle devrait être commercialisée au cours de l’année.
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Sylvie Nadin

Après un master en sciences de l'atmosphère et de l'océan, Sylvie débute une formation en journalisme. La science doit être accessible à tout le monde et pas qu'aux scientifiques ! Face aux problèmes environnementaux actuels, elle s'engage personnellement dans la voie de l'écologie. Souvent pessimiste, elle croit tout de même qu'un avenir radieux est possible, si on se donne la peine de le construire.