Ces animaux qui nous guérissent

Auxiliaires de vie pour aveugles, compagnons de vie anti-solitude, gardiens de maison, sauveteurs en mer ou montagne… que ferait l’homme sans tous ces animaux ? Une mise en lumière de ces compagnons de vie semble être un minimum de reconnaissance aujourd’hui.

Flickr

De l’amour !

Nos animaux domestiques nous témoignent beaucoup d’affection. Ronrons, coups de museau affectueux, roulades sous les caresses… Ce sentiment de bien-être qu’ils nous apportent s’expliquerait-il biologiquement ? C’est ce que tend à démontrer une étude menée par un groupe de chercheurs japonais. Le simple échange de regards entre le maître et son chien entrainerait une production d’ocytocine, aussi appelée l’hormone du bonheur. Une dose de cette hormone suffit pour faire baisser notre taux de cortisol, l’hormone qui, elle, est associée au stress. Mais bien plus qu’un bien-être quotidien pour contrer le stress d’une vie active, nos compagnons s’avèrent être de très bons thérapeutes !

Une aide médicale

C’est dans les années 1950 que tout commence. Un groupe de chercheurs prend conscience de l’impact qu’ont nos compagnons sur nos émotions, c’est ce qu’on appelle la médiation animale ou encore la zoothérapie. Aujourd’hui, aux États-Unis, des psychiatres utilisent les animaux de compagnie pour combattre le tremblement de leurs patients schizophrènes et faire ainsi diminuer de 10 à 25% l’utilisation de psychotropes.

Moins d’agressivité

En 1996, l’Etat israélien introduit des animaux dans certaines écoles. Résultat ? Une baisse importante de l’agressivité entre les enfants a été constatée. La même expérience a eu lieu dans la prison de Lortin à Washington : les chats ont permis de diminuer l’agressivité et la dépression parmi les détenus. De manière générale, les animaux domestiques sont très utilisés pour guérir de nombreuses pathologies mentales. Il est aussi prouvé que l’état des enfants souffrant de troubles du comportement s’améliore spontanément lorsqu’un lien s’établit avec un animal.

Une meilleure santé

Au-delà de leurs bienfaits sur notre moral, les animaux peuvent aussi jouer un rôle important sur notre santé physique. Le bien connu ronronnement du chat, avec une fréquence de vibration de 20 à 140 Hertz, permet de réduire la pression sanguine et d’aider les personnes cardiaques. Caresser un chat accélère même la guérison après un accident cardio-vasculaire, ce qui permet de diminuer la prise de médicaments. Et bien loin des fables de chats étouffeurs de bambins, nos félins domestiques permettent aussi aux enfants de repousser les infections respiratoires et de prévenir les risques d’allergies.

Des médicaments

Dans son ouvrage Ces Animaux qui nous guérissent, le vétérinaire Philippe de Wailly nous livre des tas d’exemples plus surprenants les uns que les autres sur le potentiel gué978_2_7029_1106_8_UNE_185_287_1425039265risseur du monde animal. De nombreux médicaments y trouvent leur origine : la première substance utilisée contre le Sida provient du sperme de hareng, l’un des anti-coagulants les plus utilisés provient du venin d’un serpent… Vous devez sauver une jambe de l’amputation ? Les asticots peuvent vous aider : certaines espèces dévorent les tissus malades sans toucher aux tissus sains. Détecter le diabète sans prise de sang ? Grâce aux fourmis, c’est possible ! Un seul échantillon d’urine suffit : si le patient est diabétique, les fourmis s’agglutinent aussitôt autour du liquide, comme s’il s’agissait de miel.

Le miel, très efficace contre de nombreuses maladies

Et parlons-en du miel ! Beaucoup moins utilisé depuis l’avènement des antibiotiques au XXème siècle, il est capable de combattre de nombreuses souchesmielabeilles infectieuses (dont certaines Escherichia coli, des pseudomonas et des staphylocoques dorés), il accélère la cicatrisation en reconstituant deux fois plus vite les chairs qu’avec un pansement gras, et il lutte contre le vieillissement cutané. Les abeilles peuvent également nous aider à guérir de sinusite, grippe, bronchite, angine ou laryngite avec la propolis. Enfin, la gelée royale fortifie l’organisme, réduit la fatigue et prévient de l’insomnie ! Un retour aux sources serait peut-être bon pour tous…?

Pas assez de reconnaissance, toujours trop de massacres.

La recherche s’inspire beaucoup de la nature pour soigner l’homme. Sans l’intelligence du monde animal, de nombreux médicaments n’existeraient pas. Des espèces dont on ne soupçonne parfois pas l’existence peuvent nous sauver la vie. Or, certains de ces animaux sont menacés d’extinction, et ce, dans la majeure partie des cas, à cause de l’activité humaine.

Photographie d'un institut d'expérimentation animale, par Alex Pacheco
Photographie d’un institut d’expérimentation animale, par Alex Pacheco

La barbarie des expérimentations animales continue de tuer chaque année 11,5 millions d’animaux cobayes en Europe. Des scientifiques de renom, comme le Pr Claude Reiss, expliquent qu’en effet, « utiliser des animaux comme modèles biologiques de l’être humain est un non-sens. Une espèce ne peut pas prédire l’effet d’une substance ou d’un médicament sur une autre espèce : c’est une loi de la biologie. Le chimpanzé, dont le génome présente 98,5 % d’homologie avec celui de l’homme, est insensible au virus du sida. Il est aussi peu affecté par le virus de l’hépatite B, mais meurt d’Ebola. »

Combien de temps faudra-t-il encore avant un éveil des consciences ? Tous ces animaux méritent notre reconnaissance. Après dressage, certains chiens sont même capables de détecter des cancers ou une crise cardiaque imminente… Apprécier et respecter la vie pour ce qu’elle nous offre et mesurer à quel point certains de nos compagnons seraient prêts à se sacrifier pour nous semble un bon point de départ pour résoudre de grands problèmes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !