Portrait de végétariens :

Celui qui compara l’Holocauste aux abattoirs

Les débats sont souvent très animés quand on évoque les rapports entres les hommes et les animaux : corrida, chasse, cirques, zoos, viande… Mais faire la comparaison entre les camps d’extermination des Juifs et l’abattage industriel des animaux pourrait relever de l’inconscience… C’est pourtant un grand écrivain juif, Isaac Bashevis Singer, qui en fut l’instigateur.

Elevage de truies, 2013 - © L214 Éthique & animaux
Elevage de truies, 2013 – © L214 Éthique & animaux
Isaac_Bashevis_Singer_(upright)_crop
Isaac Bashevis Singer

De nationalité polonaise, Isaac Bashevis Singer a dû fuir le pays vers les Etats-Unis en 1935 à cause de sa religion juive. Reconnu pour son talent, il reçoit le Prix Nobel de Littérature en 1978. Mais cet écrivain est tout aussi célèbre pour son militantisme : en végétarien convaincu, il n’hésite pas à user de comparaisons avec les pratiques du régime nazi envers son peuple pour dénoncer l’exploitation animale.

Isaac Singer fait plusieurs fois le parallèle grâce à ses histoires : dans « Le Pénitent », nous pouvons lire « quand on en vient aux animaux, tout homme est un nazi », et dans « The letter Writer », l’auteur fait même référence à un célèbre camp d’extermination en disant que « dans les relations avec les animaux, tous les gens sont des nazis ; pour les animaux, c’est un éternel Treblinka1 ».

… il y a les personnes qui approuvent ce parallèle…

Charles Patterson reprend l’idée et publie le livre « Un éternel Treblinka », dans lequel il construit un historique des conduites des hommes envers les animaux. Il établit ensuite l’idée que ces comportements servent de modèle à toutes les oppressions humaines possibles. C’est ainsi que les nazis auraient pu rationaliser le processus d’extermination des Juifs : « l’extermination des Juifs et l’abattage des animaux fonctionnent sur le même modèle (…) Ce que nous faisons aux animaux et que la société accepte, cela nous donne la mauvaise habitude de vouloir exploiter les faibles, et malheureusement, quand des humains se retrouvent en position de faiblesse, des réfugiés, des minorités persécutées, on les appelle des animaux et on les traite comme des animaux »2 .

Campagne publicitaire de Peta " L'Holocauste dans votre assiette "
Campagne publicitaire de Peta  » L’Holocauste est dans votre assiette « 

En 2004, PETA lance la campagne « L’Holocauste dans votre assiette » en s’appuyant sur les écrits de Isaac Singer et sur le livre de Charles Patterson. Elle met en parallèle des photos des camps d’extermination et des photos d’abattoirs, une campagne interdite par l’Etat allemand.

… et il y a les opposants !

Le président du Conseil central des juifs d’Allemagne a salué l’interdiction du gouvernement en 2012, expliquant que « cette campagne d’affichage banalise l’Holocauste de manière irresponsable ».

D’une façon générale, les opposants condamnent la comparaison entre l’abattage des animaux à des fins alimentaires et celui des prisonniers dans les camps de concentration nazis par crainte qu’elle ne contribue à atténuer la portée de l’antisémitisme. Les Juifs étaient en effet tués parce qu’ils étaient juifs, alors que les animaux sont tués pour être mangés.

Trop tabou pour en parler

Le sujet est si tabou que le débat philosophique est rarement abordé. Les défenseurs des animaux n’hésitent pas à parler de « déni spéciste » lorsque des personnes sont outrées de cette comparaison. Le spécisme est le fait de placer l’espèce humaine au dessus des animaux, ce qui lui offrirait des avantages et des droits sans qu’ils soient justifiés. Mais au-delà de cette idée, il semble naturel que l’espèce humaine ait plus d’empathie pour sa propre espèce que pour les autres.

Isaac Bashevis Singer a eu la chance de ne pas faire partie des plus de cinq millions de Juifs tués par les nazis. Loin de vouloir asservir ses origines avec son militantisme contre l’exploitation animale, il rend hommage au peuple juif grâce à ses livres écrits en yiddish, la langue couramment parlée par les communautés juives d’Europe à la veille de la seconde Guerre Mondiale.


1 Treblinka est un des camps d’extermination nazi situé en Pologne dans lequel ils faisaient croire aux prisonniers qu’ils arrivaient dans une vraie gare pour se présenter à la désinfection, avant de repartir pour un autre camp de travail.

2 Interview de Charles Petterson par François Noudelmann dans France Culture, 2008.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !