Un « Cartable sain » pour la rentrée des écol…os

sign-44373_640 - pixabayPour la rentrée, l’initiative « Cartable sain » aide les parents à éviter de remplir les cartables de leurs chères têtes blondes avec des produits néfastes pour leur santé et notre environnement.

Lancé par l’ADEME et le Conseil Général de Gironde, le projet donne des conseils sur les labels à privilégier et les critères à respecter pour les différents types de fournitures scolaires. Voici donc quelques astuces pour être sûr que votre enfant ne mordille pas un crayon chargé en métaux lourds ou qu’il ne mange de la colle contenant des solvants.

 

 

Tout d’abord, les labels pour s’assurer que les produits sont fabriqués d’une manière durable et avec peu d’éléments toxiques :

  • Ecolabel Européen
  • NF Européen
  • Ange Bleu
  • Nordic Swan
  • FSC et PEFC – gestion durable des forêts pour le bois
  • Öko-Test – garantit l’absence de produits nocifs pour la santé l’environnement, avec les mentions « Bien » ou « Très Bien »
  • Boucle de Moebius – précise le taux de matière recyclée utilisée

 

Et les critères par produit :

  • Cahiers : préférez les modèles sans colle (à spirale ou broché), comme le cahier recyclé ci-contre (2,63€ – unbureausurlaterre.com)
  • Colle : l’idéal est une colle en bâton, sans solvant, et à base d’eau/végétale sans OGM. Idem pour le scotch, à privilégier à base d’eau et en polypropylène.
  • Crayons et stylos : sans doute les articles les plus grignotés du cartable, optez pour des crayons sans vernis (potentiellement nocif), et comportant les labels CE, FSC, ou PEFC. Les stylos devraient être rechargeables, en matière recyclée (papier, plastique), ou bien en bois, lui aussi non vernis, à l’instar de ce roller en bois FSC (6,71€ – unbureausurlaterre.com).Roller en bois certifié FSC
  • Feutres et marqueurs: choisissez-les à l’eau, lavables, et sans parfum ni odeur.
  • Surligneurs : privilégiez le bois FSC ou PEFC, et les mines à base de cire naturelle.
  • Correcteurs : oubliez ceux comportant le pictogramme de danger, et préférez-les à base d’eau et sans solvant. Encore mieux : optez pour la souris ou le ruban de correction sec et rechargeable.
  • Règles, compas, et petit matériel : évitez les modèles souples en plastique, qui peut contenir des phtalates (des perturbateurs endocriniens). Préférez le matériel robuste (métal, bois non vernis), sans chlore, et en matière recyclée.
  •  Gommes : celles en PVC peuvent elles aussi contenir des phtalates, et sont donc à proscrire. Le mieux est Peinture aquarelle a base de colorants végétaux - Coffret de 12 couleursd’en choisir en caoutchouc naturel ou synthétique, non parfumée, non teintée.
  • Peintures : certaines étant classées cancérigènes, il faut faire attention à leur composition. Celles-ci doivent contenir des colorants alimentaires, et être sans phénoxyéthanol, sans bronopol, et surtout sans formaldéhyde, un composé très irritant et pouvant provoquer des allergies. Privilégiez les peintures à base de et lavable à l’eau, conditionnées dans des emballages rechargeables, et comportant la norme de jouets EN-71-3 ou EN-71-7 (peinture à doigt) ou CE. Cette tablette de peinture à base de colorants végétaux fera l’affaire (17,99€ – unbureausurlaterre.com)
  • Dernière astuce, et pas des moindres : vérifiez l’état des fournitures de l’an dernier ! Cela vous permettra d’éviter les achats inutiles et donc le gaspillage.

 

Waaah! - google imagesVoilà, il ne vous reste plus qu’à convaincre votre enfant de retourner à l’école, mais il n’existe malheureusement pas encore de guide pour cela !

Pour plus d’informations, visitez www.cartable-sain-durable.fr et www.unbureausurlaterre.com

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.