Cachemire et soie : le revers des belles matières

mopers-ado-103-324_A5 cachemire crédit phovoir.comCertains d’entre nous ont été gâtés pour Noël en recevant de jolis vêtements en cachemire ou en soie. Mais ces belles matières cachent aussi de vilains défauts…

Cachemire-et-soie-luxe-plaisir-et-risques-

 

 

 

Version écrite de la chronique

Depuis quelques temps déjà, la fabrication du cachemire fait polémique car on estime que 70% des prairies en Mongolie ont été abîmées par les chèvres à cachemire. Quant au ver à soie, son élevage entraine l’utilisation de pesticides et d’engrais. Et lors de la transformation de la soie, n’oublions pas l’étape de l’étouffage qui permet de ramollir la séricine pour décoller le fil entrelacé. C’est une substance allergène, comme une colle qui imprègne les fils de soie et affecte évidemment les travailleurs chargés de cette activité. On utilise aussi fréquemment des produits chimiques toxiques pour teindre ces matières.

Ça ne nous donne pas tellement envie de porter de telles matières !

Rassurez-vous, le cachemire et la soie ont aussi des aspects positifs. Ce sont des substances biodégradables. Et puis, la création de vêtements à base de ces matières nobles fait vivre des milliers d’ouvriers en Asie. Il faut le savoir et le rappeler. Aucune certification bio n’existe pour le moment pour ces produits.

Mais ce sont des matières que l’on doit nettoyer à sec avec ce que l’on sait des problèmes écologiques liés

C’est l’utilisation par exemple du perchloréthylène considéré comme cancérigène qui pose problème. L’alternative préconisée par l’Assurance maladie c’est le nettoyage à l’eau : le cachemire se nettoie à froid et sans essorage, un petit plus pour nos économies d’énergie. Idem pour la soie. S’ils sont entretenus de façon soignée, ces textiles se conservent longtemps ce qui est un grand avantage économique mais aussi écologique puisque l’idée est de favoriser les matières durables. Et au cas où vous n’en voudriez plus vous pouvez toujours les donner dans un point de collecte pour vêtements usagés. Cela dit, un joli cachemire, ça se garde toute une vie !

La chronique « Environnement » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce mercredi 8 janvier 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.