A la découverte de cabanes éphémères

cabane matrice catarina pinto crédit phfouchardLes cabanes c’est d’abord une histoire d’enfance et de secrets mais c’est aussi une histoire de partage ! 

ENV 29 04

Version écrite de la chronique, collaboration Nathalie Cayzac

En tous cas en ce moment à Lons le Saunier en Framche-Comté, c’est tout cela à la fois ! Et c’est le thème de l’exposition « les constructeurs insatiables» de La Maison de la Vache qui rit. Cela nous permet d’apprendre d’abord que le fameux fromage a sa maison-musée au cœur de la région qui l’a vue naître il y a presque cent ans, et de découvrir ces drôle de cabanes.

Ce sont des abris que l’on invente selon l’inspiration et le besoin du moment

Elles sont éphémères mais chargées de sens pour celui ou celle qui les construit ; on les construit grâce à des matériaux éphémères, des éléments trouvés dans la nature, bref, elle deviennent le symbole de la récupération dans la nature, et du recyclage dans la vie urbaine.

Des artistes exposent leurs œuvres – cabanes

Ce sont des architectes et designers français, portugais et néerlandais qui ont donné leur version « cabane idéale » ; on peut voir la version cabane dôme presque matrice en tous cas très féminine de Catarina Pinto, jeune architecte portugaise, fabriquée entre autres à partir de branches de saule récupérées dans la région. Cette cabane est littéralement vivante : plantée en terre, les branches sont en train de reprendre vie et de donner des feuilles… c’est assez fascinant. Etonnante aussi la cabane ‘toit de tente’ reconstituée avec des chemises récupérées en fripes à Porto ou ailleurs et tenues entre elles par leurs boutonnières et des hauts de bouteilles en plastique découpées et des dégoupilleurs de canettes alu : celle-là est signée André Castro Vasconcelos Et puis Véronique et Françoise Maire ont donné leur version « abri de jardin ombre et lumière » grâce à des bouteilles de verre coincées entre des tasseaux de bois, ce qui lui donne un côté gentiment cathédrale… Si l’on y ajoute l’expo permanente de la fameuse Vache qui rit + la possibilité pour les enfants de jouer à construire leur cabane avec des cordages et des toiles… Lons le Saunier est le lieu qu’il ne faut pas rater ; les cabanes y répondront présentes jusqu’au 7 septembre…

La chronique « Quelle Époque Éthique » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce mardi 29 avril 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.