La recette d'Emilie :

« Ça suffit le gâchis ! »

C’est le nom de la nouvelle campagne de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et du ministère de l’Environnement dont le but est de nous impliquer dans la lutte contre les pertes tout en redonnant de la valeur aux aliments à travers des éco-gestes et des recettes (perso, j’ai une préférence pour les œufs pochés au camembert !). Rappelons que la France s’est engagée avec le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire à réduire celui-ci de moitié d’ici 2025.

course-alimentaire-bon-ordre_BD

À cette occasion, l’ADEME publie l’étude inédite « Pertes et gaspillages alimentaires : l’état des lieux et leur gestion par étapes de la chaîne alimentaire ».

Voici 5 points à retenir :

  • L’ensemble des pertes et gaspillages alimentaires, tous les acteurs et toutes les filières alimentaires confondus, représentent en masse 10 millions de tonnes de produits perdus et gaspillés pour l’alimentation humaine. Ce qui représente 16 milliards d’euros, soit 36% du budget dédié au paiement des intérêts de la dette française. En terme d’impact carbone, ça revient à 15,3 millions de tonnes équivalent CO2, soit 3 % de l’ensemble des émissions de l’activité nationale ou encore 5 fois les émissions liées au trafic aérien intérieur.
  • Pour notre frigo, les pertes et gaspillages sont de 20 à 30 kg/pers/an ce qui correspond à environ 30g/repas/convive en tenant compte de la préparation, des restes de repas et de ce qui est jeté, y compris les liquides en dehors des repas. Un constat également valable pour un distributeur ou un agriculteur.

 

HD2820_Carte Postale 148x105_Recto_Normale BD

  • On gaspille 4 fois plus en restauration collective et commerciale que chez nous (130g/convive/repas contre 32g chez les ménages). Ce gâchis représente 42% du total du stade de la consommation alors que nous n’y prenons que 15% des repas ! Il faudrait donc que l’on puisse conserver nos restes de la cantine à la mode doggy bag.
  • Les pertes et gaspillages qui sont générés au stade de la consommation représentent environ 108 € par an et par personne. Elles s’élèvent à 240 € si l’on considère cet ensemble généré tout au long de la chaîne rapporté à la population française.
  • Parmi les solutions pour éviter tout ce gâchis : augmenter l’aide alimentaire et mieux gérer les pertes. Moins de 10 % du gisement est capté par les associations d’aide alimentaire et seulement 37 % des biodéchets sont valorisés en France (compostage ou méthanisation) alors que ce taux est de plus de 70 % en Suède, Allemagne ou Wallonie !

 

HD2820_Carte Postale 148x105_Verso_PersoBD2

Vous souhaitez agir à partir de votre fouet et votre fourchette tout en vous faisant plaisir ? Voici des recettes anti-gaspi qui aident à accommoder vos restes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.