Ça se discute : pelouse ou prairie sauvage ?

Yolaine de la Bigne et Jérôme Bonaldi Certains se mettent en peine pour entretenir une pelouse bien verte, rase et uniforme, tandis que d’autres, laissant la nature s’exprimer plus librement, optent pour les herbes sauvages. A lire dans Rustica n°2302.

 

Pour Jérôme Bonaldi, la pelouse, c’est plus pratique  

J’aime bien m’allonger sur l’herbe, mais dans une prairie, on abîme tout et cela laisse des traces. Pas sur une pelouse bien entretenue. On ne peut même pas jouer au football, ni faire un pique-nique, ni planter une tente ! Les jolies fleurs que Yolaine aime tant vont être écrasées.

Sans titre

 

Pour Yolaine de la Bigne, la prairie est plus naturelle

Je choisis forcément la prairie. D’abord, c’est beaucoup plus joli. Je trouve que les pelouses à l’anglaise bien nickel et d’un vert uniforme sont d’une tristesse ! Je les trouve monotones et sans charme. Avec leur allure de green de golf, on dirait presque qu’elles sont en plastique. Une prairie en revanche, c’est beaucoup plus “vrai”.

C’est tout comme argumentaire ? Bien sûr que non, écoutez vite la suite du débat entre nos deux complices :

prairie vs pelouse

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.