Expo : ça baigne à Bastille !

A partir du 8 septembre, le SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne) vous invite à plonger au cœur de son exposition « Tout Baigne !», à deux pas de la Bastille à Paris.

Enfilez votre plus belle charlotte et découvrez 44 photos en grand format et à ciel ouvert, boulevard de la Bastille. Tout habillé, dans la mousse, en chantant, seul ou à plusieurs, la douche et le bain sont des rendez-vous quotidiens. Que l’on se trempe le matin au réveil ou que l’on barbote le soir pour se détendre, il s’agit là d’une activité d’intérêt général, rendu possible grâce à l’assainissement de l’eau. Chaque jour, le SIAAP dépollue 2,4 millions de m³ d’eau usée
(domestique, pluviale et industrielle) et rend ainsi service à 8,5 millions d’habitants franciliens

Après « Eau Secours », « Tout Baigne !», est un parcours arrosé qui fait réfléchir sur l’eau, ce bien commun. Rappelons que dans le monde 2,5 milliards d’êtres humains ne disposent pas de douche ou d’eau garantissant une bonne hygiène. D’ici à 2015, le nombre de personnes n’ayant pas accès à des sanitaires devrait être réduit par deux. C’est tout du moins un des « objectifs du millénaire » des Nations Unies.

Dès jeudi, on plonge donc dans le grand bain avec Dita Von Teese, Brigitte Bardot et plein d’autres, sous le regard de photographes émérites comme Françoise Huguier, Hans Silvester, Abbas, Martin Parr ou encore Elliott Erwitt.

 

 

Exposition du 8 septembre au 16 octobre, Boulevard de la Bastille, à Paris. Informations disponibles ici.

Légendes des photos:

Janet Leigh dans la scène culte de Psychose d’Alfred Hitchcock. (États-Unis – 1960)
Depuis Psychose, tout le monde sait qu’il faut éviter de descendre dans un motel tenu par un jeune homme qui conserve sa mère momifiée dans un fauteuil à bascule. Cette scène de la douche est une des plus célèbres de l’histoire du cinéma. Elle a exigé sept jours de tournage avec l’impératif de ne pas trop dévoiler du corps de l’actrice. La censure américaine ne l’aurait pas laissé passer. Et autant qu’un apogée érotique, cette séquence est un chef d’œuvre graphique (conçu par Saul Bass, auteur des plus grands génériques d’Hitchcock)

Gérard Depardieu et Patrick Dewaere dans Les Valseuses de Bertrand Blier. (France – 1974)
Jean-Claude (Gérard Depardieu) lave les pieds, puis les cheveux de Pierrot (Patrick Dewaere). Les Valseuses fit scandale à sa sortie, en 1974. Bertrand Blier y rebattait toutes les cartes de son époque?: le rapport homme/femme, homme/homme, la différence d’âge, la propriété… Quelques années après Mai 68, il convoquait même une célèbre scène de l’évangile, celle au cours de laquelle Jésus lave les pieds de ses disciples. Le bain devient là le symbole de l’égalité et de l’humilité.

Mère et enfant dans un onsen, bain public traditionnel au Japon. (2000)
Françoise Huguier / agence VU’
Les onsen japonais n’ont pas d’équivalent en France. Ces bains publics qui utilisent une eau fortement minéralisée d’origine volcanique se sont répandus partout dans l’archipel. On y vient en famille ou entre amis se délasser dans le calme non sans s’être auparavant méticuleusement nettoyé. Les onsen sont des lieux de confidences, de resserrement des liens. Une eau de détente, de méditation et de rires.

Dita von Teese dans un spectacle donné au MGM Grand de Las Vegas. (2007)
Ethan Miller / Getty Images for MGM
Grâce à la plus célèbre effeuilleuse burlesque actuelle, il n’est plus nécessaire, semble-t-il, de choisir entre le bain et la douche. La vogue du burlesque, cet art de l’effeuillage qui renverse les canons traditionnels du strip-tease, doit beaucoup à Dita von Teese (de son vrai nom Heather Renée Sweet). Pleine de classe et d’humour, gouailleuse et pin-up, elle réveille les stars du Hollywood des années quarante.

La fin d’une histoire. Michel Piccoli et Brigitte Bardot au cours du tournage d’une scène du Mépris de Jean-Luc Godard. (France – 1963)
Ghislain Dussart / Rapho
Bardot dans son bain ? Le public des années 60 ne pouvait qu’être conquis par cette idée. On voit Brigitte Bardot nue dans Le Mépris, mais… pas dans son bain. Dans la baignoire, Jean-Luc Godard la cadre très serré, lisant un livre, tandis que Piccoli, torse nu au début de la scène, se plaint qu’elle veuille faire chambre à part : « Tu bouges trop ! Tu me réveilles tout le temps !… Je veux dormir seule à partir de maintenant. » Dans cette photo de plateau prise par la photographe Ghislain Dussart, les jambes de l’actrice apparaissent, ce qu’a précisément évité le cinéaste dans la séquence montée. Sans doute la production désirait-elle que les photos d’exploitation du Mépris promettent Bardot sous toutes les coutures.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.