Les bonnes nouvelles sont à la mode

De plus en plus de journaux ne publient que des informations positives pour pallier la morosité ambiante. Petit tour d’horizon en Europe et dans le monde.

©fvdL’idée vient des Grecs qui, assommés par le chômage, la hausse des impôts, et la suppression des avantages sociaux ces derniers temps, en ont eu marre des infos déprimantes. Du coup, les médias ont trouvé une parade : mettre en sourdine les  infos classiques et donner dans le positif. Skaï, l’une des chaînes de télé les plus populaires, termine désormais chaque JT du soir avec une nouvelle positive ou insolite. Le groupe audiovisuel public ERT a lancé l’émission hebdomadaire « Réservoir » pour donner la parole à « des esprits jeunes, brillants, des scientifiques, (qui) travaillent pour la solidarité, des gens (qui) coopèrent, réfléchissent et inventent ». Idem, le site internet grec olakala.gr (pour tout va bien) s’est spécialisé aussi dans les bonnes nouvelles.

Un phénomène mondial

Les initiatives fleurissent dans les médias internationaux comme par exemple Le Huffington Post qui a ouvert l’année dernière une rubrique spéciale «Good Neews ». Miriam Donohoe, ancienne journaliste à L’Irish Times, a crée le compte Twitter @PositiveIreland sur lequel les internautes sont invités à poster des messages positifs et édifants. Au Royaume-Uni, Positive News, le « premier journal de Bonnes Nouvelles » fondé en 1993 titre aujourd’hui à 60 000 exemplaires quatre fois par an ! Comme le dit si bien Charles Trenet, « Y’a d’la joie ».

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9Tf8IRq8Doc[/youtube]

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le lundi 4 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.