Bonnes nouvelles du front…vert

Petite revue de presse non exhaustive des bonnes initiatives du moment.

Eco-systèmes lance jusqu’au 24 juin prochains, pour la deuxième année consécutive, sa nouvelle campagne d’information pour la collecte des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques). Objectif : sensibiliser le grand public aux gestes éco-citoyens leur permettant de se débarrasser proprement de leurs vieux appareils électriques et électroniques. Mettant l’accent sur la reprise « un pour un » en magasin, cette nouvelle campagne s’organise autour de deux temps forts de la consommation d’équipements électriques : la fête des Mères et la fête des Pères : eco-systemes.fr

La compagnie Korean Air, fleuron aérien de la Corée du Sud, qui s’était portée volontaire pour planter des milliers d’arbres en Mongolie afin de lutter contre la désertification, vient de se voir décerner la Médaille de « l’Excellence Environnementale » par le Gouvernement de Mongolie. La « Médaille de l’Excellence Environnementale » est le titre le plus honorifique décerné par le gouvernement mongol. Korean Air, en tant que compagnie privée, a reçu cette très haute marque de distinction en reconnaissance des ses efforts constants visant à la préservation de l’environnement en Mongolie à travers la plantation de dizaines de milliers d’arbres. koreanair.com

Dans un contexte marqué par l’importance croissante des changements climatiques, La main à la pâte et ses partenaires reconduisent cette année le projet « Le climat, ma planète… et moi ! ». Lancé en mai 2008 et mis en œuvre par plus de 7 000 classes en France comme à l’étranger, ce projet vise à sensibiliser enseignants, enfants et parents aux changements climatiques et à les rendre responsables et actifs. Un guide pédagogique est distribué gratuitement aux enseignants et formateurs de l’école primaire, après inscription sur le site leclimatmaplaneteetmoi.fr.

Un protocole d’accord a été  signé en vue de la création de l’Observatoire de l’environnement et de la biodiversité terrestre et maritime du Pacifique Sud. Associant 11 organismes de recherche et universités dont l’ l’Université Pierre et Marie Curie, cette démarche a pour objectif de coordonner la recherche française dans ce domaine. « Il y avait un déficit de coordination des recherches françaises », confirme Jean-Charles Pomerol, président de l’UPMC, qui dispose de « 500 chercheurs et enseignants-chercheurs travaillant dans les sciences de la mer et du climat. Cette initiative a pour origine le partenariat qui existait entre l’université de Nouvelle-Calédonie et l’UPMC pour la formation des étudiants en médecine. Nous avons souhaité l’étendre et l’élargir à d’autres, notamment l’Institut de Recherche pour le Développement qui dispose d’un gros laboratoire à Nouméa. Il devrait voir le jour fin 2009. ». upmc.frird.fr

ARTE FLORAL
Creative Commons License photo credit: c.fuentes2007

L’O.N.G. environnementale Terra Natura a lancé il y a 6 mois un projet intitulé Mon jardin pour la planète. Un acte volontaire en mettant sa surface, balcon, terrasse, jardin, prairie, dans une gestion écologique et responsable. Des obligations  à tenir. A ce jour, ils enregistrent plus de 2,3 millions de m2 de surfaces engagées volontaires dans le projet avec des statistiques déjà impressionnantes : 1 040 personnes impliquées dont 360 enfants – 253 animaux domestiques – 6 626 m de murs – 60 416 m de haies – 6 225 arbres – 791 m2 de mares – 426 m2 de bassins – 177 récupérateurs d’eau de pluie pour un volume utilisable de 47 852 litres – 8 922 m2 de terrasses – 276 composteurs –  244 potagers pour une surface cultivée de 25 347 m2 – 466 nichoirs, 211 refuges à insectes et 107 abris pour animaux (Hérissons, crapauds…).

Un rapport du Muséum National d’Histoire Naturelle démontre que les golfs français contribuent à la protection de la biodiversité. Le Muséum National d’Histoire Naturelle et la Fédération Française de Golf, liés par une convention de trois ans signée le 18 juillet 2007, ont réalisé l’inventaire de la faune et de la flore sur le site du Golf National (Saint-Quentin-en-Yvelines). Une démarche qui s’inscrit dans un cadre scientifique visant à améliorer la connaissance de la biodiversité des parcours de golf. Ce rapport confirme que les terrains de golf peuvent jouer un rôle significatif dans la biodiversité de nos paysages en permettant très souvent le retour de la nature sauvage en zone urbaine.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone