Binet: « Les Bidochon sont contraints et forcés de se mettre à l’écologie »

INTERVIEW – L’auteur des «Bidochon» nous explique comment Raymonde et Robert vont sauver la planète…

Les Bidochons sauvent la planèteIls sont la caricature du Français moyen et nous font rire de nous-mêmes depuis 1977. Pour le 21ème tome des Bidochon, Raymonde et Robert «sauvent la planète». Peut-on être rassuré? Bidet, leur créateur, répond à 20 Minutes.

Pourquoi avoir choisi le thème de l’écologie pour ce nouvel album des Bidochon?

Parce que c’est un thème dans l’air du temps. Les Bidochon ne sont pas intellectuellement à la hauteur pour innover et être en avance, mais ils sont contraints et forcés de s’y mettre, comme tout le monde. Par exemple, le tri sélectif obligatoire, j’ai vu des gens autour de moi qui remplissaient une poubelle puis, quand elle était pleine, remplissaient la suivante. Les Bidochon ne comprennent pas non plus pourquoi il y a des couleurs de poubelle différentes, une ordure reste une ordure, mais tout le monde le fait, alors ils font pareil. Néanmoins, quand leurs amis leur expliquent ce qu’est une maison à énergie positive ou un  lombricomposteur, le lecteur reçoit aussi l’explication.

Vous confrontez Raymonde et Robert à des situations quotidiennes comme le tri des déchets ou l’installation de lampes économes en énergie. C’est pour dire que si eux peuvent le faire, tout le monde peut le faire?

Non, j’ai juste voulu mettre le doigt sur des situations qui ne fonctionnent pas ou qui sont difficiles à mettre en place. Certaines choses me semblent aberrantes, comme facturer les déchets au poids: il y a des immeubles qui ont dû fermer le local poubelle à clé pour éviter que des gens de l’extérieur viennent y mettre leurs ordures. Le plastique des yaourts qui ne se recycle pas, c’est aberrant aussi, il faudrait contraindre les industriels à faire des plastiques recyclables.

Est-ce que vous pensez qu’il faut dédramatiser l’écologie?

Il faut arriver à faire prendre conscience qu’il y a un problème à résoudre et on peut le faire de façon ludique. Je ne donne pas de leçons, je m’adresse au Français moyen, à tous ceux qui sont confrontés quotidiennement à ces problèmes-là. Mais je suis pour qu’on ait une planète sur laquelle on est vraiment content de vivre et cela passe par le recyclage des déchets, mais aussi la lutte contre le bruit, les incivilités, tout ce qui nous complique la vie.

 

Propos recueillis par Audrey Chauvet
Toute l’actualité environnementale au quotidien dans la rubrique Planète de 20minutes.fr : www.20minutes.fr/planete
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone