BFS transforme le CO2 en pétrole

Convertir le CO2 en pétrole ? Beaucoup en ont rêvé. La société espagnole Bio Fuel System (BFS) l’a fait ! Après cinq années de travail avec les universités d’Alicante et de Valence, BFS a pu mettre au point un procédé permettant de transformer des algues -qui se nourrissent de CO2- en un pétrole de qualité.

Les réserves fossiles diminuent et les carburants traditionnels polluent. Partant de ces deux constats, BFS a cherché une solution. L’entreprise a repris le processus naturel de formation du pétrole -association d’énergie et de gaz à effet de serre- pour créer un pétrole artificiel, sans soufre ni métaux lourds. Elle a mélangé le solaire, la photosynthèse et les phytoplanctons. BFS cultive ces micro-algues marines dans de grands tubes en les nourrissant du CO2 émis par les industries voisines. Et une fois grandes, les algues sont transformées en pétrole.

« Pour produire 1 baril de pétrole, BFS absorbe 2.168 kg de CO2 et neutralise définitivement 937 Kg de C02 après combustion, précise le communiqué de presse. Ainsi, en prenant en compte l’ensemble du cycle de production de l’énergie consommée (…), une voiture fonctionnant avec le pétrole BFS est la seule à avoir un bilan carbone négatif (- 48 kg de CO2). »

Autre avantage : la production de biopétrole algal ne puise pas dans les ressources alimentaires des pays, contrairement à certains biocarburants qui utilisent du soja, du colza ou encore de la canne à sucre.

L’usine pilote BFS à Alicante a été achevée en janvier dernier. Deux autres usines sont déjà prévues, au Portugal, sur l’île de Madère, et à Venise, en Italie.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone