Le ballon tourne-t-il rond ?

ballon foot brésil credit pixabayCoupe du Monde oblige, on s’intéresse de plus près au ballon rond. Car finalement de quoi est fait un ballon de football ?

ENV 02 07

Version écrite de la chronique, collaboration Arnaud

Tout cuir dans les années 50, mais ça va faire 40 ans que la plupart des ballons sont intégralement en plastique, plus particulièrement en polyuréthane pour ce qui est de l’enveloppe. Des matières non biodégradables, génératrices de gaz à effet de serre et responsables d’une acidification des sols. Le pire, c’est que ces matières sont meilleures pour le jeu car à la fois plus souples et plus résistantes que le cuir. Seule la « vessie », la poche gonflable logée à l’intérieur, est parfois en caoutchouc. Un matériau qui, lui, a un bon bilan carbone. On dira que c’est mieux que rien.

De nos jours, ce sont surtout des machines qui font l’assemblage même s’il y a toujours une finition à la main

Coudre un ballon de foot demande 2h de travail à un ouvrier qualifié. Même si, bien sûr, la mécanisation détruit des emplois, on se dit qu’il vaut mieux ça que ce qu’a laissé entrevoir avant l’Euro 1996 l’affaire des « ballons de la honte », ces ballons fabriqués par des enfants pakistanais dans des conditions très difficiles. Heureusement, les labels « FIFA approved » et « FIFA inspected » garantissent aujourd’hui que les ballons, en tous cas ceux de haute compétition, sont fabriqués dans les règles. Cela concerne donc le « Brazuca », le ballon du Mondial 2014.

Et une fois le ballon usé, qu’est-ce qu’on en fait ?

Déjà, pour éviter d’avoir à se poser cette question trop vite, il faut commencer par en prendre soin. Ne pas trop le gonfler, passer un petit coup d’éponge humide dessus de temps en temps. Bref, toutes ces petites attentions qui font la différence. Et puis, quand il est vraiment usé jusqu’à la corde, hop, direction la benne à recyclage ! Même si,  faute d’une trop faible qualité par rapport au matériau de base, le polyuréthane recyclé rencontre, hélas, trop peu de débouchés. Mais ça évoluera, un peu de patience…

La chronique « Quelle Époque Éthique » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée mercredi 2 juillet 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.