Aux pays des tortues marines

La Guyane et la Guadeloupe sont des départements privilégiés pour observer les tortues marines. Des associations de protection de l’environnement oeuvrent tout au long de l’année pour les protéger. En tant que touriste, quelques recommandations faciles à respecter vous permettront également de participer à leur conservation.

 

Article paru dans Néoplanète n°29.

Les tortues marines viennent pondre d’avril à juillet, sur les plages de Guadeloupe et de Guyane. Quelques recommandations doivent être observées pour le bien-être de l’animal : ne pas éclairer sa tête, ni utiliser le flash des appareils photo, au risque de le désorienter ; éviter de se placer dans son champ de vision;  rester à une distance de plusieurs mètres ; ne pas le toucher ; éviter les cris et autres mouvements brusques. Sur place, renseignez-vous auprès des associations de protection de l’environnement pour connaître le programme des observations guidées de tortues marines. N’hésitez pas à contacter le Réseau Tortues Marines de Guadeloupe ou l’association Kwata, en Guyane.

Y aller !

Plusieurs compagnies aériennes assurent des vols quotidiens depuis Paris vers la Guadeloupe ou la Guyane. Le prix des billets peut varier de 400 à 1000 €, selon la destination et la période de visite. Il est également possible de voyager entre ces deux départements pour environ 500 €. Pour les formalités de douane, votre carte d’identité suffit. Mais, attention, en Guyane, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire.Vous trouverez des informations sur les possibilités d’hébergement et de circuits organisés sur les sites des offices de tourisme de Guadeloupe et de Guyane. www.lesilesdeguadeloupe.com et www.tourisme-guyane.com

A Monaco aussi

Le Musée océanographique de Monaco a inauguré le mois dernier un « Île aux Tortues ». Cet espace aménagé de 600 m2 est dédié à la découverte et la protection des tortues de mer comme de terre. Sept tortues de terre sillonnées en provenance du Mali, deux mâles et cinq femelles pesant jusqu’à 20 kg, sont les nouveaux hôtes du Musée océanographique de Monaco. « Cet animal millénaire aujourd’hui menacé, est le symbole fort que notre planète est un tout et que ce tout est essentiel et interconnecté », explique Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographique.

Le 04 juin prochain, le Musée océanographique de Monaco organise à Yeosu, ville portuaire de Corée du Sud, la troisième édition de la Monaco Blue Initiative sur la création d’aires marines protégées. Leur importance pour la conservation de la biodiversité et le développement économique seront discutés à cette occasion. Les délégations d’une vingtaine de pays seront présentes, ainsi des institutions comme l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le Census of Marine Life, l’Agence des Aires Marines Protégées, le Centre pour les Initiatives Durables Regionales, la Commission Mondiale pour les Aires Protégées (WCPA), ou encore le WWF pour le Triangle corallien.

www.oceano.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone