Au Brésil, la production bovine durable est possible

« Un élevage bovin durable » ? Non, ces mots ne sont pas incompatibles ! Quatre fermes brésiliennes viennent d’obtenir la certification Rainforest Alliance qui a récompensé leur système de production durable. Une réelle avancée quand on sait que l’élevage est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

« La conversion agricole pour l’élevage bovin est la principale cause de déforestation en Amazonie », explique Tensie Whelan, présidente de Rainforest Alliance. « La réussite de Fazenda São Marcelo (le groupe propriétaire des fermes, ndlr) constitue un brillant exemple pour les éleveurs en Amérique Latine, en démontrant que l’élevage, la conservation de la vie sauvage et de l’environnement peuvent coexister. »

Ce qui a fait la différence ? Le bon traitement des animaux, les pâturages arborés, qui protègent des hautes températures, du vent et de la pluie, la qualité sanitaire des fermes et les stations de vaccination qui réduisent le stress des animaux, et les troupeaux nourris de composants naturels faciles à digérer, pour réduire les émissions de méthane.

Fazenda Sao Marcelo offre également des formations dans l’artisanat et la cuisine aux conjointes des travailleurs, afin d’améliorer leur situation économique. Enfin, sur la plus rurale des fermes, une école privée pour 20 enfants résidents a été créée.

Et l’effort n’est pas moindre : ces fermes, situées dans l’ouest brésilien, couvrent une superficie totale de 32 000 hectares dont 13 000 hectares de réserves en Amazonie. Un espace protégé, qui sert de zone tampon pour les forêts naturelles mais aussi de corridor migratoire pour de nombreuses espèces jusqu’à leur habitat naturel.

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone