Arnaque aux bougies d’oreilles ?

Les magasins bio proposent de se nettoyer les oreilles de manière originale. Avez-vous déjà entendu parler des bougies d’oreilles, aussi appelées bougies auriculaires ou bougies Hopi ? Vous verrez que nos amis canadiens et américains ont définitivement enterré la question…


« Autrefois les indiens Hopi utilisaient les bougies d’oreilles pour se régénérer » peut-on lire sur le site internet d’un revendeur. Ce sont des tubes de tissu recouverts de cire d’abeille. Elles sont censées nettoyer les oreilles, revitaliser l’organisme et procurer un grand moment de détente.

Pour les utiliser, il faut obligatoirement s’y prendre à deux. La personne traitée s’allonge sur le côté. L’autre personne introduit la pointe du cône dans son oreille et met le feu au sommet du cône. Il faut ensuite laisser la bougie se consumer entièrement avant de la retirer de l’oreille.

Pendant les sept minutes environ que prend la bougie pour se consumer, il est possible d’entendre un léger crépitement à l’intérieur de son oreille. Selon les promoteurs de la méthode, il correspond à une petite dépression qui permet de ramollir et d’aspirer le cérumen en excès dans le conduit auditif. A la fin de l’expérience, le cérumen se retrouverait dans le bas de la bougie sous forme de boulettes beiges. Pas très ragoûtant !
Pour une efficacité maximale, « il est conseillé de se nettoyer les oreilles de la sorte deux fois par an. Les enfants peuvent aussi en bénéficier » nous a préconisé une vendeuse dans un magasin bio de Malakoff (Hauts-de-Seine).

 

Une méthode qui fait polémique

Des études scientifiques ont également montré le peu d’effets bénéfique des bougies d’oreille. Un rapport publié dans la revue médicale Laryngoscope en 1996 affirmait que « les chandelles auriculaires ne présentent aucun bénéfice dans la gestion du cérumen, mais elles peuvent entraîner des blessures graves ». En effet, mal utilisées, les bougies d’oreilles peuvent entraîner des brûlures, une obstruction du conduit auditif, voire une perforation de la membrane du tympan.Mais ce procédé est très critiqué, notamment au Canada et aux Etats-Unis. Sur le site internet de Santé Canada (l’équivalent de notre ministère de la Santé), on apprend qu’« il est illégal d’en vendre au Canada à des fins médicales. De plus, l’importation de chandelles auriculaires est interdite tant au Canada qu’aux États-Unis. » De quoi faire réfléchir les utilisateurs…

Sur son blog, le médecin suisse Albert Mudry indique que « très souvent, ces bougies provoquent des dépôts dans le conduit auditif externe. Ces dépôts vont induire une augmentation de la production de cire car ils sont considérés comme des corps étrangers. » Il dénonce également la publicité mensongère autour de ce produit avant de conclure que les « sont à proscrire pour ce qui est du nettoyage des oreilles car les risques sont nettement supérieurs aux prétendus bénéfices ».


Que faire ?

Si vous souhaitez quand même essayer les bougies d’oreilles, utilisez-les comme conseillé plus haut et faites très attention à éteindre la bougie avant que la flamme n’atteigne l’oreille de la personne que vous surveillez.

En cas de doute, nous vous conseillons de consulter votre médecin avant toute utilisation. Sachez enfin que les bougies d’oreille sont relativement chères. Dans le magasin près de notre rédaction, nous les avons payé 16,90 € le paquet de quatre.


 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone