En vert et bon pour tous

Crédit : Pixabaycredit wikipediaVoilà une nouvelle qui va rendre « verts » ceux qui habitent en ville : une étude récemment publiée dans Environnemental science & Technology montre que les personnes habitant dans des quartiers « touffus » sont plus heureuses. De plus, les mamans qui vivent à proximité d’espaces verts donnent naissance à des bébés en meilleure santé.

Les chercheurs de l’Université de Vancouver, qui ont analysé les données de 64 000 naissances, montrent en effet que les femmes entourées de verdure durant leur grossesse ont moins de chance d’accoucher prématurément et que leurs bébés pèsent en moyenne 45 grammes de plus à la naissance. Une raison pouvant expliquer ceci est que les femmes enceintes disposant d’espaces verts peuvent par exemple plus facilement faire de l’exercice et sont moins sujettes au stress. Un autre aspect de l’étude souligne le fait que les personnes emménageant dans des endroits en manque d’arbres souffrent d’une baisse de moral supposément liée à leur nouvel environnement.

Crédit : PixabayBien qu’il soit difficile d’établir un lien direct entre la verdure et notre bien-être, il est intéressant de noter que ces résultats ont d’abord été modulés en fonction d’autres facteurs, tels que le revenu moyen des habitants des quartiers, ou encore la pollution de l’air, offrant ainsi une vue plus nette de l’impact de l’environnement sur le moral des personnes.

Peu surprenant donc, que les espaces verts figurent très haut dans la liste des critères de sélection d’un lieu d’habitation chez les Européens. Alors, comme on dit : « Un verre, ça va. Plus de vert, hourra ! »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.