L’Alsace sur le toit du développement durable

0N0F9313Pas un hôtelier aujourd’hui qui ne garantisse sa volonté de préserver l’environnement. Avec plus ou moins de bonheur, d’artifices ou de labels en tout genre. Au cœur de l’Alsace, Lucien Barrière Hôtels et Casinos a ouvert début 2012 le Resort Ribeauvillé, revendiquant une démarche environnementale innovante. Néoplanète a testé pour vous.

A la croisée des trois frontières France-Allemagne-Suisse, au pied du vignoble de Ribeauvillé, avec vue sur les châteaux médiévaux, dont le fameux Haut-Kœnigsbourg, le Resort Barrière Ribeauvillé se pose comme le vaisseau-amiral d’une politique environnementale revendiquée. Architecture qui mêle bois et métal, s’intégrant harmonieusement à la nature, jouant des quatre éléments. La terre pour les vignobles, le feu pour sa cheminée, l’air pour les terrasses et l’eau pour son espace balnéo, le site a de quoi séduire les amoureux de bien-être et de nature.

Le miel et les abeilles

Mais, que se cache-t-il derrière cette vitrine de luxe ? Tout d’abord des abeilles. A l’instar de ses homologues du Fouquet’s à Paris, ou du Gray d’Albion à Cannes, l’hôtel s’engage pour leur sauvegarde et a permis l’installation de dix ruches sur ses toits. Le miel récolté est ainsi à la carte au petit-déjeuner. Du producteur au consom’acteur. Ensuite, un système novateur de recyclage des déchets alimentaires : la bio-méthanisation. En partenariat avec l’Hirondelle, une ferme voisine, et le réseau Agrivalor Energie, le complexe hôtelier assure la totalité de ses besoins en chaleur. Tant pour le centre de balnéo que pour le chauffage des chambres de l’établissement. Le procédé ? Une installation de traitement des déchets qui produit 4 205 000 m3 de biogaz par an et alimente deux IMG_0462co-générateurs. Economie d’énergie, respect de l’environnement : au final ce sont 5 240 tonnes de CO2 en moins par an et 40% sur la facture d’électricité. Soit 20 880 MWh d’énergies renouvelables à l’année : 10 000 MWh électriques, l’équivalent en besoin de 2 860 ménages, et 10 880 MWh thermiques, de quoi couvrir la consommation de 270 ménages. Et rien ne se perd, le substrat, ce qui reste des déchets après la méthanisation, sert d’engrais naturel pour l’épandage des terres agricoles.

Yannick Kopff, directeur des ventes du Resort Barrière Ribeauvillé, est un enfant du pays. Très attaché à sa terre, pêcheur adepte du « no kill fishing », il habite une maison en bois basse consommation, et prône « la nature comme mode de vie ». Intarissable aussi sur la protection des milieux halieutiques. Une cohérence managériale qui explique de fait les nombreuses actions engagées pour une gestion intelligente des ressources : véhicule électrique, éclairage par LEDs, tri et recyclage des déchets, dématérialisation des documents, sensibilisation de la clientèle… Le site est « naturellement » certifié ISO 14001, et a obtenu, le 15 novembre dernier, le Prix de l’initiative touristique Alsace 2012, dont le développement durable est l’un des paramètres.

 Côté tourisme

IMG_9583IMG_9660Sur 11 000 m2, le Resort dispose d’un complexe de loisirs intégrés. D’abord son casino qui offre chaque année quelque 150 animations, concerts et spectacles. Avec près de 280 000 visiteurs par an, il est devenu l’un des cinq lieux de loisirs et de divertissement les plus visités en Alsace. Ensuite, deux restaurants, l’un axé sur la cuisine traditionnelle de belle tenue, mettant à l’honneur les produits régionaux, éclairée par une carte de vins sélectionnés. L’autre, à l’étage, dans un espace détente panoramique de 300 m2, décline des menus légers et équilibrés avec vue sur les vignobles et les châteaux. Les produits bio et locaux sont privilégiés. En hiver, quand la neige couvre la campagne, un feu fait craquer les bûches dans la cheminée. Et, question bien-être, l’espace balnéo n’est pas en reste. Trois bassins sur 3 600 m2, dont un en extérieur chauffé à 34°, jeux d’eau et spa pour profiter d’un massage ou de soins réparateurs issus de la gamme de produits certifiés Ecocert bio et Cosmébio, qui s’inspirent de la médecine traditionnelle chinoise.

Enfin, à quelques encablures, pour ceux qui souhaitent s’extraire du cocon chaleureux de l’hôtel, la visite du village de Ribeauvillé s’impose. Rues pavées, colombages, maisons colorées de pastels vieux rose, une véritable plongée au cœur de l’Alsace des traditions, ponctuée d’épiceries typiques ou pendent en vitrine saucissons de cerfs ou de sangliers. Toits à la Mansart, façades de tenons et mortaise, la ville haute regorge de trésors à découvrir, de la cité des Ménétriers à sa tour à l’italienne.

 

IMG_9646www.lucienbarriere.com/fr/hotel-luxe/Ribeauville-Resort-Barriere-Ribeauville/accueil.html

www.tourisme-alsace.com

Y aller

En train : à 3h00 de TGV de Paris, gare TGV de Strasbourg à 45 mn.

En avion : aéroport de Strasbourg à 35 mn.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Jean-Michel Véry

Guitariste, compositeur, après dix ans de bons et loyaux services auprès de musiciens comme Andy Chase, Laszlo de Trèbes ou Vivien Savage, il débranche pour le journalisme et collabore avec L’Optimum, Le Figaro, Politis… Un père anglais et une mère égyptienne, aux ascendances touaregs, lui confèrent génétiquement le goût du voyage. Il signe régulièrement la rubrique « tourisme » pour Néoplanète.