Allergiques, à vos souhaits !

©Vicki's natureOù se cachent les allergènes ?

 Pour les allergies respiratoires, on peut les retrouver dans trois catégories :

Les facteurs environnementaux intérieurs. Ils se trouvent dans l’air intérieur des locaux. Parmi eux, les acariens, les moisissures, les émanations des produits d’entretien, les poils de certains animaux comme les chats…

Selon le Pr Michel Aubier, chef du service de pneumologie de l’hôpital Bichat à Paris, et auteur de l’Homme malade de son environnement, la pollution intérieure serait « la plus grande pourvoyeuse de maladies respiratoires ». Ironie du sort, les oreillers bio en cosse de sarrasin provoqueraient des allergiques. Tout comme la coccinelle Harmonia axyridis, venue d’Asie et introduite dans nos jardins pour lutter naturellement contre les pucerons et qui aime bien rentrer dans les maisons. Comme quoi, ce n’est pas l’intention qui compte.

©GordillyLes facteurs environnementaux extérieurs : Ceux que l’on respire dans l’air extérieur : les fameux pollens et les moisissures

Les facteurs de pollution atmosphérique : C’est l’effet domino, la pollution peut agir sur les pollens en modifiant leur structure biochimique extérieure. Elle peut également influencer l’allergénicité des facteurs extérieurs et les muqueuses respiratoires de l’homme, nous rendant plus sensibles aux grains de pollens.

Tous les pollens sont-ils dangereux pour la santé ? La réponse, en page 4.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Barbara Krief

Journaliste pour Le Plus de L'Obs, Barbara Krief continue d'écumer les festivals engagés pour Néoplanète. Retrouvez-la sur Twitter @KriefB.