Allergie : ne vous faites pas planter par l’ambroisie

Le changement climatique perturbe nos équilibres écologiques et met en péril notre santé. Nul besoin de partir loin pour s’en rendre compte. 

Une seule balade à la campagne nous permet de découvrir l’un des principaux dangers, celui des espèces invasives. L’une d’entre elles, une herbe sauvage, d’origine canadienne, fait peser une grave menace sur notre santé en raison de l’allergie qu’elle occasionne : l’ambroisie à feuille d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.).

De la même famille que le tournesol, elle peut atteindre plus d’un mètre de haut à la floraison. La migration des plantes n’est pas un mythe. Si celle des arbres prend du temps pour s’adapter à un nouvel environnement, celle de l’ambroisie est rapide, le vent emportant ses graines qui trouvent, avec des températures plus chaudes en France, un nouveau lieu de résidence. Restée quelques années en Rhône-Alpes, elle est à présent en train de coloniser tout notre territoire.

Le souci : son fort potentiel allergique et ses symptômes (écoulement nasal, conjonctivite, toux, problèmes respiratoires, eczéma). Déjà 6 à 12 % des habitants de la région y serait sensibilisés. La question est sérieuse car on estime que l’allergie touchera plus de 50 % de la population avant 2050.

Pour en savoir plus, un colloque européen, organisé par la Direction générale de la santé (DGS) et l’Observatoire de l’ambroisie, se déroulera à Lyon, les 29 et 30 mars prochains, en vue de coordonner les moyens de lutte contre ce végétal; alors que, parallèlement, un groupe de trente-sept députés vient de déposer une proposition de loi à l’Assemblée pour l’inscrire sur la liste des végétaux nuisibles. En effet, l’ambroisie remonte jusqu’à la Loire. Des actions figurent localement dans la deuxième génération du Plan Régional Santé Environnement, comme celui du Centre. Notre atout santé de demain dépend donc de notre environnement d’aujourd’hui !

Cet article est extrait de Néoplanète 28.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Spécialiste des questions en santé environnement, des risques sanitaires environnementaux et de la gestion de crise, responsable d'enseignement à ENA et de cours à HEC. Deux ans conseiller technique risques santé environnement au cabinet de Jean-Louis Borloo (juin 2007- mai 2009) Déléguée générale de l' association Santé Environnement France pour Ile-de-France (ASEF). Déléguée générale de la Société Française de Santé et Environnement (SFSE). Secrétaire générale de la Société Française de Médecine de Catastrophes (SFMC)