Les chiens responsables du dérèglement climatique ?

Certains ne manquent pas d’air ! Après les flatulences (pets et autres rots) qui rendent les bovins responsables d’aggraver sensiblement les émissions de gaz à effet de serre, voilà que nos compagnons à quatre pattes seraient également coupables du dérèglement climatique.

Chronique extraite de Néoplanète 26.

Une étude commandée par les constructeurs automobiles a comparé l’empreinte carbone d’un chien à celle d’un 4 x 4. Et à quelle conclusion croyez-vous que l’on soit arrivé ? Que le toutou se montrait beaucoup plus impactant que la voiture. Un tel bilan mérite des explications. Ainsi, les experts nous rappellent que, chaque année, cet animal consomme près de 180 kg de viande et plus de 60 kg de céréales. Ce qui génère l’exploitation de 0,84 ha de terre, tandis qu’un 4 x 4, qui roulerait 10 000 km par an, ne représenterait que 0,41 ha. Soit la moitié de la surface nécessaire à la vie de cette bête.

Outre que l’analyse demanderait à être affinée pour devenir convaincante, les protecteurs de 4 x 4 vont plus loin. Ils ont également évalué l’empreinte carbone du chat, qu’ils estiment à 0,15 ha, ce qui correspond quand même à celle… d’une Golf ! Bref, seuls les poissons rouges trouvent grâce à leurs yeux, avec l’équivalent de… deux portables.

Abandonnons les voitures !

Pour trouver la solution, on pourrait peut-être s’inspirer du triste sort réservé à nos animaux domestiques. Puisqu’ils sont sans cesse abandonnés, pourquoi ne pas proposer aux propriétaires de 4 x 4 d’en faire autant avec leurs véhicules ? Cela aurait au moins le mérite de réduire les embouteillages !

 

Découvrez la chronique d’Allain Bougrain Dubourg : « Les oiseaux se cachent pour souffrir »  

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone