Alimentation : Fin des œufs de batterie chez Monoprix

Après 15 mois de campagne, plus de 200 actions et 27.000 signatures recueillies dans la rue, l’association L214, qui milite contre l’élevage des poules en cage, vient d’obtenir de l’enseigne Monoprix que ses œufs ne proviennent plus que d’élevages de poules en plein air.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/La-poule-aux-oeufs-d-or-124086881.mp3|titles=La-poule-aux-oeufs-d-or]

©L214 1

C’est une victoire pour l’association L214 : procéder au retrait des œufs de poules élevées en cages est une mesure inédite en France alors qu’elle concerne déjà toute la grande distribution chez nos voisins européens. De grandes chaînes comme Coop en Italie ou Sainsbury’s au Royaume-Uni se sont engagées dans ce sens. Monoprix sera la première chaîne de supermarchés française à exclure un produit de sa marque en raison des souffrances infligées aux animaux. A partir d’avril 2013, vous ne trouverez plus dans votre Monop’ les quatre références d’œufs de poules élevées en cage. Et l’association ne compte pas s’arrêter là. L214 va poursuivre sa campagne jusqu’à ce que Monoprix ait des rayons garantis 100% sans œufs de cage, ce qui n’est pas facile en France où le poids des lobbys est particulièrement important.

Une enquête vidéo de L214 datant de 2010 sur l’élevage des poules pondeuses:

Pourquoi Monoprix uniquement ?

Les autres enseignes de la grande distribution française (Carrefour, Auchan, Leclerc) sont restées sourdes aux demandes de l’association, malgré plusieurs sondages qui montrent que les consommateurs sont largement défavorables à l’élevage de poules en batterie. Selon un sondage IFOP réalisé les 17 et 18 février 2010 pour CIWF, une autre association de protection animale, 75% des Français seraient prêts à payer plus cher leurs œufs s’ils ont la garantie que les poules pondeuses n’ont pas été élevées en cages.  D’autant que le surcoût lié à l’achat d’œufs issus de poules élevées en plein air par rapport aux œufs de batterie est de l’ordre de moins d’un euro par mois (74 centimes) !

Savoir lire un œuf

©centpourcentnaturel.frEncore faut-il que les français sachent déchiffrer correctement les informations qui se trouvent sur les œufs qu’ils achètent. Or, un sondage de 2011 montre que 60% d’entre eux ne savent pas « lire un œuf ». C’est pourtant simple. Il faut regarder le code qui se situe sur la boîte ou la coquille de l’œuf, devant les lettres qui indiquent le pays d’origine, donc FR pour la France. Un chiffre de 0 à 3 indique si la poule vit en cage. Le chiffre 3,  qui concerne hélas 80% des œufs, indique que la poule vit en cage dans un bâtiment fermé. Le chiffre 2, que la poule vit dans un bâtiment fermé, mais au sol ou en volière, et ne sort jamais à l’extérieur (3% des œufs). Le chiffre 1, que la poule  a un accès au plein air. Enfin, le chiffre 0 indique que l’œuf est bio. Aujourd’hui en France, les chiffres 1 et 0 ne représentent que17% des œufs, pas de quoi faire cocorico.

Cette chronique « Environnement » a été diffusée le mardi 19 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.