Affichage publicitaire : le coup de gueule de la mairie de Paris

Le 22 mars dernier, le gouvernement a glissé dans la Loi Warsmann (loi de simplification du droit)  un article modifiant le code de l’environnement. Sa cible : le règlement local de publicité. Une nouvelle disposition qui annule les principales avancées obtenues sur  l’affichage publicitaire.

« C’est un recul manifeste du gouvernement face aux lobbies des publicitaires », s’offusque la mairie de Paris dans un communiqué du 16 avril. En cause, une nouvelle loi « adoptée avec la procédure d’urgence et contre l’avis du Sénat » qui prévoit de limiter les dispositifs publicitaires élaborés pour certains quartiers, comme la suppression des très grands formats (type 4 par 3) ou la réduction du nombre de publicités de 30 %.

« Avec cette nouvelle disposition, les anciens dispositifs publicitaires pourront finalement demeurer en place jusqu’au 11 juillet 2017, précise la municipalité. La Ville de Paris juge ce procédé et ce délai inacceptables. C’est de facto un retour en arrière et une négation des compétences des collectivités. Cette loi (…) est en contradiction flagrante avec l’esprit du Grenelle 2 voté en juillet 2010, dont les décrets n’ont été promulgués qu’en janvier dernier, et en annule aussitôt la portée. C’est un recul manifeste du gouvernement face aux lobbies des publicitaires. »

Déterminée à pouvoir faire appliquer ses règlements, la Ville demande au gouvernement de ramener, par décret, le délai de mise en conformité des dispositifs publicitaires à 2 ans.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone