Adieu à la corrida en Catalogne !

Voici une grande victoire pour les défenseurs des droits des animaux en Catalogne. Une victoire contre la corrida. Mais, en fait, il s’agit d’un deuxième triomphe, car depuis peu la corrida est interdite dans les îles Canaries. C’était le premier endroit en Espagne qui a fait disparaître cette pratique.

Hier, le Parlement catalan a interdit la corrida. Soixante-huit votes contre cinquante-cinq ont sauvé les taureaux dans cette région d´Espagne. Malheureusement, la loi ne sera pas appliquée avant janvier 2012. Il reste donc encore un an et demi de souffrances pour nos énormes (mais vraiment énormes) amis.

Ce matin, la nouvelle circulait partout sur Internet. Les journaux espagnols les plus importants, comme El País, El Mundo ou ABC, interrogeaient leurs internautes : « Etes-vous d´accord avec la décision de la Catalogne d´interdire la corrida ? » Évidemment, chaque publication a son public. Les lecteurs d´ABC, un journal conservateur, catholique et monarchiste, étaient très divisés : les votes étaient à 50,7% en désaccord avec la prohibition, et à 46,7% en accord. Petit rappel : le journal espagnol ABC est pro-corrida. En fait, il a une sous-rubrique, dans sa rubrique Cultura, dédiée aux taureaux.

Le peuple dit non !

L´interdiction de la corrida est une « Iniciativa Legislativa Popular » (Initiative Législative Populaire) présentée au Parlement de la Catalogne par la « Plataforma Prou » ! C´est-à-dire qu’à la base, la prohibition vient du peuple.

Mais, au Parlement, qui a voté pour sauver nos amis les taureaux ? Le président du Gouvernement catalan, José Montilla, a voté non à la prohibition. En même temps, il a demandé aux citoyens que l´interdiction de la corrida ne se transforme pas en un conflit entre la Catalogne et le reste de l´Espagne. Mais, pourquoi le président du Gouvernement régional a dit non à la prohibition et oui à la corrida ? José Montilla a expliqué ses motivations au journal ABC : « J´ai voté contre l´interdiction parce que je crois en la liberté. »

La majorité des députés nationalistes ont voté oui à la prohibition et les socialistes ont opté principalement pour le non. Et du côté conservateur de la politique espagnole ? El Partido Popular (PP) a annoncé qu´il ira au Parlement national pour essayer de déclarer la corrida « fête d´intérêt culturel et général ». Le but de cette action est de la protéger et de réussir à ce qu´aucune région ne puisse l´interdire. Mais tout cela est un peu contradictoire. Car comme Néoplanète vous l’a rappelé, la corrida a été interdite dans les îles Canaries par une proposition faite par un député de ce même parti politique. À la fin, quel est le but ? Éviter les crimes contre les animaux ? Conserver une tradition ? Ou est-ce simplement une tactique politique ?

Réaction dans toute l´Espagne

Le processus d´interdiction de la corrida en Catalogne a duré un an et demi. Contrairement à l´opinion que les Européens ont sur les Espagnols et la corrida, dans le pays du soleil il y a une grande partie des citoyens qui n´aiment pas du tout cette pratique. En fait, il y a peut-être une majorité d’Espagnols qui pensent : « Oui, c´est un crime contre les animaux, mais c´est aussi une tradition culturelle typiquement espagnole… »

La semaine dernière, le président de l´organisation « El Refugio », Nacho Paunero, a présenté aussi une « Iniciativa Legislativa Popular » au Parlement de Madrid pour interdire la corrida dans cette région. Plus de 50.000 Madrilènes ont dit non à la corrida dans cette proposition. Serait-ce le début de la fin ?

À lire sur Néoplanète:

Débat : La corrida dans l´Arène
Exposition « Avec les animaux » respectons les
Une pétition anti-corrida
Christian Laborde : un poète dans l´arène

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone