Actu: dans le monde, on a (un peu plus) la paix

Peace on EarthLes conflits internationaux ont  reculé ! 1,5% l’an dernier après deux ans de progression. C’est le constat que dresse le 6ème Global Peace Index dans un rapport publié le 12 juin. Ce recensement classe 158 pays par ordre de dangerosité. 

Violence intra-nationale et extra-nationale, guerres et victimes, taux de criminalité intérieure, instabilité gouvernementale… 23 critères sont pris en compte pour établir ce classement !

 Top 5 des pays les plus pacifistes :

  1. Islande
  2. Danemark
  3. Nouvelle-Zélande
  4. Canada
  5. Japon

Explications. Les élèves les plus disciplinés restent sans surprise ceux d’Europe. Pourtant, la France a chuté de quatre places en seulement un an ! Les manifestations violentes, le taux de prisonniers et d’incarcérations sont les principaux facteurs de sa dégradation. Elle s’installe à la 40ème place.

L’Asie remonte grâce à la fin de la guerre civile au Sri Lanka et à l’amélioration du climat lié à l’entrée des réfugiés au Bhoutan (19ème place).

 

Top 5 des pays les moins pacifistes :

  1. Somalie
  2. Afghanistan
  3. Soudan
  4. Irak
  5. République Démocratique du Congo

Explications. L’avancée de la paix se manifeste quasiment partout, excepté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Cela s’explique par le printemps arabe qui, par effet de domino, a fini par toucher toute la région. Ainsi la Syrie a été littéralement expulsée de sa 30ème  place pour prendre la 147ème. Les plus mauvais élèves restent toutefois le Soudan, le Congo, la Centre Afrique et toujours la Somalie.

 

Toutefois, il ne faut pas oublier que, l’an dernier, le monde aurait économisé 9 000 milliards de dollars sans les guerres. Cela correspond aux PIB japonais et allemands réunis !


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.