Activité insolite :

Cani-rando : cours avec les loups !

A l’extrémité sud du massif des Vosges, au pied du Ballon d’Alsace, la Légende du loup noir aligne un binôme de randonnée entre chiens et loups.

©Jean-Michel Very
©Jean-Michel Very

Grand frisson quand vous poussez la barrière de la maisonnée de Laetitia Briswalter et de son compagnon Guillaume, une meute joyeuse et déchaînée se bouscule pour vous accueillir. Ça se passe à Lepuix, tout près de Belfort, au cœur d’un paysage vert de montagne arboré, dans un concert d’aboiements et un tourbillon de poils qui volent, festival de caresses implorées. Mélisse, Impala, Iouna, Phalballa, Chan, Manga… une trentaine de bergers allemands vous font la fête. Des bergers de type ancien à poil long, impressionnants de gabarit et de regards perçants. Ils partagent l’élevage de la Légende du loup noir avec leurs congénères, quasiment des cousins : une dizaine de chiens-loups tchécoslovaques.

©Jean-Michel Very
©Jean-Michel Very

Un festival de couleurs aussi. Du gris, du blanc, du noir, du fauve pour une lignée principalement venue de l’Est de l’Europe. Ici, pas de cages ou de chenils, la maison se vit avec les maîtres, espaces dédiés à l’intérieur et de grands enclos destinés à leur reproduction dans la prairie. Les chiens-loups de l’élevage sont issus de croisement avec le loup européen, et ils sont pourtant reconnus pour leur sociabilité, leur bienveillance et leur docilité. Friands de grands espaces, ils peuvent courir facilement 100 kilomètres, jusqu’à 12 km/h de moyenne. Côté bergers allemands, la race a été longtemps controversée, tout comme le loup… « Durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands avaient privilégié exclusivement les bergers noir et feu, allant même jusqu’à euthanasier les bergers blancs, considérés comme une tare. Résultat, une consanguinité qui a favorisé l’agressivité, des comportements irrationnels et dangereux, alimentant la réputation sulfureuse de la race », confie Laetitia. « Nous avons choisi cette lignée des pays de l’Est pour ses qualités : intelligent, équilibré, affectueux, et surtout très résistant », reprend la maître d’œuvre de l’élevage, intarissable sur le sujet.

« Chanou » vous téléporte au sommet

©Jean-Michel Very
©Jean-Michel Very

Et de la résistance, il leur en faut. Car après la visite de l’élevage, éclairée des précieuses explications de Laetitia, on enchaîne par une randonnée sauvage de deux heures, à la rencontre de ce panorama unique du massif des Vosges. Et les chiens vous tractent au sommet du Ballon d’Alsace, à près de 1200 mètres. Au total, environ trois heures d’activité. Harnaché d’une ceinture-baudrier, reliée à votre nouveau compagnon, Chan, berger allemand femelle de 4 ans, vous téléporte au sommet du Ballon en prenant soin d’écouter vos consignes : « A droite, à gauche, devant » et souvent… « doucement ! ».

Car, même si les chiens sont dressés et rompus à l’exercice, l’enthousiasme, le jeu et les caractères prennent parfois le pas sur la discipline. Certains orgueilleux veulent absolument prendre la tête de la cordée, d’autres sont plus conciliants et ménagent vos ischios-jambiers. Mais, quel que soit leur caractère, ils demeurent toujours protecteurs. Pour preuve, lâchée à quelques mètres de l’arrivée, libérée du frein de son baudrier, « Chanou » partira comme une fusée sur les sentiers odorants de sapins, de mélèzes et de hêtres. Avant de se retourner, inquiète, et de jeter un regard attentif vers ces randonneurs à deux pattes, interloquée de ne pas nous voir courir comme elle. Et de nous attendre, maternelle et réprobatrice.
Un beau moment de communion, subtil mélange de nature, de « slow » sport et de rencontre avec des animaux de noblesse et d’exception.

http://cl.lalegendeduloupnoir.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Jean-Michel Véry

Guitariste, compositeur, après dix ans de bons et loyaux services auprès de musiciens comme Andy Chase, Laszlo de Trèbes ou Vivien Savage, il débranche pour le journalisme et collabore avec L’Optimum, Le Figaro, Politis… Un père anglais et une mère égyptienne, aux ascendances touaregs, lui confèrent génétiquement le goût du voyage. Il signe régulièrement la rubrique « tourisme » pour Néoplanète.