Achat en magasin vs achat sur Internet : quel est le plus écolo ?

La Poste-ColiPoste a mis en ligne sur son site internet www.colissimo.fr un Eco-comparateur. Il s’agit d’une plate-forme qui compare les impacts environnementaux de l’achat sur internet et de l’achat en magasin. On l’a testé pour vous…

Saviez-vous qu’effectuer un achat sur Internet plutôt qu’en magasin permet de diviser en moyenne par quatre les émissions de CO2 dues aux transports (étude Fevad 2009) ?

Selon les réponses apportées au questionnaire de l’Eco-comparateur (type de produit acheté, distance parcourue, temps passé sur internet…), l’internaute se voit indiquer les impacts des deux scénarios (achat sur internet et achat en magasin) portant sur les critères suivants :

  • les émissions de gaz à effet de serre
  • les émissions de polluants locaux (indice calculé à partir des émissions des 3 principaux polluants locaux : le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote et les particules) ;
  • le temps passé sur internet ;
  • le coût du déplacement.

Comment cela se passe-t-il ? C’est tout bête. L’Eco-comparateur Colissimo comptabilise les impacts du transport d’un produit sur l’ensemble des étapes de la chaîne Internet, depuis le premier dépôt en France du e-commerçant jusqu’à la livraison finale du colis au client destinataire.

En ce qui concerne les magasins « physiques », c’est pareil. L’ensemble de la chaîne, du premier dépôt en France du commerçant jusqu’au magasin, en incluant le déplacement du client final, est pris en considération. Bien sûr, pour jouer complètement le jeu, l’emballage du colis et les consommations d’énergie liées à l’utilisation d’Internet (ordinateur du client et serveur de l’e-commerçant) sont également pris en compte.

A la rédaction, nous avons testé la plate-forme. Nous décidons de comparer l’achat d’un livre sur Internet et au magasin. Nous indiquons 92 240 dans la case « code postal ». Ensuite, nous estimons le temps passé sur le web pour commander l’article à 10 minutes.  L’Eco comparateur nous demande alors quel mode de transport nous aurions utilisé pour nous rendre au magasin. La rédaction étant située près d’une station de métro, nous sélectionnons « métro ou RER ». Puis, on nous demande quelle distance aller aurions-nous parcourue pour nous y rendre. Nous estimons que la boutique se trouve à Montparnasse, soit à une distance de 4,6 km. La question « Vous seriez-vous déplacé uniquement dans ce magasin ? » apparait. Nous cochons « oui ». La réponse est sans appel : nous rejetons 340 geq CO2 (grammes équivalent en CO2) si nous commandons notre livre sur internet, et 300 geq CO2 avec un achat en magasin. Bilan : nous polluons 1,13 fois plus avec l’achat en ligne.

Mettons-nous à présent dans la peau d’une personne qui vit à Montreuil-sous-Bois. En suivant le chemin décrit plus haut, nous sélectionnons : objet « livre »,  code postal « 93100 », temps passé sur internet pour la commande « 10 min », mode de transport « voiture », distance « 4 km » (le centre commercial le plus proche se trouve à Rosny-sous-Bois), puis « oui » pour la question « Vous seriez-vous déplacé uniquement dans ce magasin ? ». Réponse : une émission de 340 geq CO2 en commandant sur internet contre un rejet de 2 660 geq CO2 si l’on se rend en magasin pour cet achat. Nous polluons donc 7,8 fois moins avec internet !

En conclusion, si vous pouvez prendre des transports en commun, vous polluerez moins qu’en commandant un article sur internet. Mais si vous devez prendre votre voiture, c’est différent…

C’est pourquoi La Poste-ColiPoste a mis en place des actions pour livrer votre colis avec un impact moindre sur l’environnement. Le service mutualise l’ensemble des colis confiés par ses clients expéditeurs. Ainsi le passage d’un seul véhicule par jour suffit pour livrer les différentes commandes passées chez les entreprises de vente à distance (un véhicule de livraison emporte plus de 100 colis). Dans les zones où la densité de population n’est pas suffisante pour effectuer des circuits de distribution dédiés aux colis, La Poste mutualise la livraison du courrier et des colis dans le même véhicule (celui du facteur). Pour finir, la société développe l’utilisation de véhicules de livraison électriques et hybrides. Donc avant d’acheter, faites le test !

Plus d’infos : www.colissimo.fr/ecocomparateur



Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone