COP21 :

Accord de Paris finalisé sur fond d’incertitudes

Il y aura bien un « accord de Paris » sur le climat mais sur fond de nombreuses incertitudes. Le texte a été finalisé à la COP21 samedi à l’aube mais il ne sera rendu public que l’après-midi avant d’être soumis à l’approbation des 196 délégations présentes au Bourget depuis le 30 novembre.

Pixabay

L’accord a été bouclé après une nouvelle nuit blanche et des discussions de plus en plus tendues entre partisans d’un texte ambitieux et ceux qui ne veulent pas entendre parler de contraintes réelles. A la tête de ces pays, les monarchies pétrolières du Golfe.

L’objectif général reste ambitieux : se tenir sous un plafond de 2 degrés supplémentaires (on est déjà à 1° de plus) d’ici la fin du siècle mais les moyens pour y parvenir ont fondu au fil des douze jours de négociations. Ainsi, l’objectif à long terme a disparu et il est juste question de « neutralité carbone » lors de la deuxième moitié du siècle, ce qui ne permettra de rendre opérationnel l’objectif de « moins 2 degrés » et encore moins de 1,5 degré.

Un renforcement des ambitions et des engagements s’avère donc indispensable rapidement pour que les réductions d’émissions de gaz à effet de serre soient en ligne avec la science.

Nous sommes loin de la volonté affichée le premier jour par les chefs d’Etat réunis à Paris pour lutter d’un seul élan contre un changement climatique qui n’est plus contesté et dont les premières conséquences sont déjà bien visibles dans les pays les plus vulnérables.

Même s’il n’a pas été facile, l’accord était plus simple à obtenir à Kyoto en 1997 puisque seuls les pays industrialisés étaient concernés par le protocole alors qu’à Paris, tous les pays de la planète sont impliqués et doivent agir, pour la première fois. Ça change tout !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.