Abercrombie & Fitch chasse les grosses

Coup de gueule contre la célèbre marque américaine de prêt-à-porter qui fait la chasse aux  grosses et méprise les pauvres. Oui, seulement les grosses et pas les gros. Il ne faudrait pas vexer ces messieurs, qui eux, ont toujours la possibilité d’acheter des vêtements XXL. Pour les femmes en revanche, le traitement n’est pas le même : au-delà du 38, allez voir ailleurs !

©isabelmarantssneakers2012A&F propose un modèle féminin tout à fait réaliste , puisque selon l‘Insee, le poids moyen d’une Française est de 63 kilos soit un bon 40. Les Etats-Unis comptent, quant à eux, 72 millions d’adultes obèses soit 34% de la population. Mais, comble de bon goût, une « dérogation » à la règle de la taille zéro est possible : il s’agit du bonnet D.

 Abercrombie préfère brûler que donner

 Abercrombie, c’est aussi une boîte qui a le cœur sur la main : elle préfère brûler les invendus plutôt que d’en faire don. Un SDF avec un pull siglé dévalorise la marque.

 

©cattias.photossEt si A&F ne peut souffrir d’être associé à des clientes aux cuisses avantageuses et au porte-monnaie troué, elle n’accepte pas non plus d’avoir un staff de « moches ». La multinationale recrute ses salariés selon des critères physiques évidents. Il suffit de voir la boutique des Champs-Elysées. Devant des grilles dignes de Versailles, deux imberbes torse-nu racolent les jolies clientes. Une des grandes attractions est d’ailleurs la photo-souvenir avec les jeunes hommes.

« Nous embauchons des gens qui présentent bien. Parce que des gens qui présentent bien attirent l’attention des personnes qui présentent bien, et nous visons les gens qui présentent bien et rien d’autre« , analysait déjà finement Mike Jeffries, le PDG de la marque, en 2006.

H&M fait des efforts

©Beyoncé.H&MA l’inverse, H&M montre la star de la chanson Beyoncé toute en formes. La multinationale suédoise propose une ligne de maillots de bain au-delà du 42. Heureusement, la mentalité A&F n’a pas séduit les autres grandes enseignes.

Pétition et vidéo

Les consommateurs se rebellent. Une pétition lancée sur le site change.org a déjà réuni près de 9.000 signatures. Benjamin O’Keefe, son auteur, réclame à A&F des « excuses formelles à des milliers de jeunes » et des vêtements pour « toutes les morphologies« . Nous, on a signé ; et vous ?

Contestataire d’un autre genre, Greg Karber, un jeune américain, joue à l’arroseur arrosé. Il distribue des vêtements de la marque aux pauvres de Los Angeles. Pour faire entendre son mécontentement et son mépris pour Mike Jeffries, il décide de se filmer pendant sa balade caritative. Il nous invite à faire de même pour faire d’Abercrombie LA marque des pauvres.

Pour voir la vidéo, c’est ici : [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=O95DBxnXiSo[/youtube]

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Barbara Krief

Journaliste pour Le Plus de L'Obs, Barbara Krief continue d'écumer les festivals engagés pour Néoplanète. Retrouvez-la sur Twitter @KriefB.