Les abeilles gagnent deux ans de sursis

La Commission européenne a décidé de suspendre l’utilisation de trois insecticides néfastes à la survie des abeilles. Une interdiction relative, étant donné qu’elle ne durera que deux ans, mais il s’agit tout de même d’un premier pas essentiel.

©PixabayL’Unaf (Union nationale de l’apiculture française) préconisait une interdiction définitive de l’utilisation d’insecticides accusés d’entraîner la mort chez de nombreuses abeilles domestiques. Finalement, la Commission européenne a décidé d’interdire, pendant deux ans à partir du 1er décembre, l’imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame pour les champs de maïs, colza, tournesol et coton. Les trois produits toxiques concernés font partie des insecticides les plus utilisés par les agriculteurs du monde entier. Cela fait d’ailleurs une dizaine d’années que ces substances sont accusées de provoquer la disparition d’une grande partie des abeilles et d’autres pollinisateurs sauvages (tels que les bourdons ou encore les papillons).

Le Royaume-Uni s’oppose à la suspension

Le 15 mars dernier, cette même proposition n’avait pas réussi à obtenir une majorité  et la Commission avait alors décidé de faire appel. Une initiative qui aura finalement abouti à un retrait temporaire des trois insecticides. Le résultat du vote, organisé ce lundi 29 avril, quinze Etats membres ont approuvé la suspension, huit l’ont refusé et quatre ne se sont pas prononcés. A noter que la France et l’Allemagne ont donné leur accord pour la mesure. Le Royaume-Uni s’est quant à lui distingué par son refus de vouloir interdire les produits aux agriculteurs. Le ministre britannique de l’Environnement, Owen Peterson, a d’ailleurs affirmé avoir « été très actif » pour bloquer la proposition de la Commission et a annoncé qu’il allait continuer.

©flikr rucheMême si la Commission européenne a largement fait avancer la lutte contre les insecticides, deux ans d’interdictions sur trois produits ne semblent pas satisfaire tout le monde. « Bien qu’une majorité des Etats membres soutient désormais notre proposition, la majorité qualifiée nécessaire n’a pas été atteinte », a précisé Toni Borg, le commissaire européen à la Santé des consommateurs.  «La décision incombe désormais à la Commisson. Du fait que notre proposition est fondée sur un certain nombre de risques pour la santé des abeilles identifiées, la Comission avancera avec ce texte dans les prochaines semaines ». Le rapport d’expertise établi par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) présente clairement le risque des trois insecticides pour les abeilles. Un avis qui juge donc nécessaire des mesures beaucoup plus drastiques et sur la durée.

 

Si vous vous sentez concernés, signez la pétition « Sauvons les abeilles »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un passage à Paris-Normandie et au service politique de Nord Éclair, Grégoire Gantois, étudiant en journalisme à l'ISCPA, s'intéresse aujourd'hui à l'actualité écologique et environnementale à Néoplanète.