60 millions d’emplois créés après Rio+20 ?

Imaginez. Nous sommes le 22 juin 2012. Le sommet de Rio+20 a été un succès. Les 193 États membres des Nations Unies ont décidé de démarrer sur le champ la transition vers une économie verte. Ce serait une excellente nouvelle pour l’emploi, estime l’Organisation internationale du travail (OIT).

Entre 15 et 60 millions d’emplois à l’échelle mondiale. C’est ce que pourrait générer une conversion de notre système vers une économie verte, d’après les récents chiffres publiés par l’OIT*.

Un quart de la planète se met au vert

Plus largement, 1,5 milliard de personnes devraient bénéficier de cette transition salutaire. Et plus particulièrement ceux d’entre vous qui travaillent dans les secteurs de l’agriculture, de la sylviculture (production forestière), de la pêche, de l’énergie, de l’industrie manufacturière, du recyclage, de la construction et des transports.

Le Directeur général du Bureau exécutif de l’OIT, Juan Somavia, précise que « le développement écologique ne détruit pas l’emploi, comme on le dit souvent. Au contraire, s’il est bien géré, il peut déboucher sur de nouveaux emplois, de meilleure qualité, sur la réduction de la pauvreté et l’inclusion sociale. »

Autre bonne nouvelle : les femmes pourraient être les principales bénéficiaires de cette économie verte, par nature plus génératrice de lien social.

Encore 20 ans à tenir ?

Réjouissons-nous, certes, mais pas trop vite. L’OIT estime qu’il faudra une bonne vingtaine d’année pour que tous ces emplois verts se créent. Reste également à impliquer employeurs et syndicats dans ce processus de transition…

* Dans une étude intitulée « Vers le développement durable : Travail décent et intégration sociale dans une économie verte »

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone