5ème conférence ministérielle sur l’environnement et la santé

Un environnement respectueux de la santé n’est pas simplement une image d’Epinal, réservé à quelques uns, mais un droit pour toutes et tous figurant dans l’article 1er de la Charte de l’environnement, élément indispensable nécessaire pour pouvoir vivre en bonne santé.

Sossusvlei LandscapeAgir sur l’environnement, c’est donc à la fois le faire avec nos propres choix à l’échelle individuelle,  avec notamment l’utilisation de produits de nettoyage, produits d’hygiène, peintures naturelles, électroménager de basse consommation énergétique, ameublement sain, nourriture équilibrée en protéines… Mais c’est aussi et surtout à l’échelle politique, le résultat de politiques prises à l’échelon régional, national, européen, et mondial, et en matière de santé dans la zone Europe par le bureau régional Europe de l’OMS.

La cinquième conférence ministérielle sur l’environnement et la santé, qui s’est tenue du 10 au 12 mars 2010 à Parme en Italie dans la région européenne de l’OMS, a marqué une nouvelle étape d’un processus débuté il y a plus de 20 ans, avec quatre conférences précédentes en Allemagne en 1989, en Finlande en 1994, au Royaume-Uni en 1999 et en Hongrie en 2004.

Adoptée par les 53 États membres de la zone Europe, une déclaration a été prise le 12 mars 2010. Son but : assurer l’égalité des chances à tous les enfants d’ici 2020, et la satisfaction de besoins primaires (accessibilité à l’eau potable, assainissement, régime alimentaire équilibré, bonne qualité de l’air, activité physique, environnement sans produits chimiques toxiques…).

Un défi est celui de l’urgence santé climat avec les stratégies d’atténuation et d’adaptation du changement climatique. Ceci est d’actualité face au poids des événements naturels en augmentation avec plus de 1 200 événements naturels étant survenus dans la région européenne de l’OMS depuis 20 ans. Ils ont touchés plus de 48 millions de personnes, et sont responsables de plus de 112 000 décès et d’ une perte financière estimée à plus de 241 milliards de dollars américains.

Autre combat :  la lutte contre les inégalités touchant les personnes les plus vulnérables, comme les enfants, les femmes enceintes et les personnes dans des conditions socio économiques défavorables. Elles sont les  premières victimes sanitaires des mauvaises conditions environnementales, et de plus en plus y sont confrontés compte tenu de la situation économique précaire de plus en plus notamment au sein de familles monoparentales, notamment en matière de logement.

L’année 2010 sera donc une année phare dans le processus européen de santé environnement, car être et rester en bonne santé  nous concerne tous.

Creative Commons License photo credit: geoftheref

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Spécialiste des questions en santé environnement, des risques sanitaires environnementaux et de la gestion de crise, responsable d'enseignement à ENA et de cours à HEC. Deux ans conseiller technique risques santé environnement au cabinet de Jean-Louis Borloo (juin 2007- mai 2009) Déléguée générale de l' association Santé Environnement France pour Ile-de-France (ASEF). Déléguée générale de la Société Française de Santé et Environnement (SFSE). Secrétaire générale de la Société Française de Médecine de Catastrophes (SFMC)