5 (bonnes) raisons de manger des insectes

Julien_VOui au retour des insectes dans nos assiettes ! Cette forme d’alimentation vieille comme l’humanité s’est progressivement perdue au fil des siècles. La faute à nos habitudes installées depuis l’enfance, période qui détermine notre répulsion face aux aliments. La preuve : essayez de faire manger du beurre doux à un breton ! L’idée pour les novices est de se concentrer sur les saveurs plutôt que sur l’aspect visuel. Le dégoût disparaitra dès les premières bouchées.

Pour vous aider à franchir cette douloureuse, mais délicieuse étape, voici cinq raisons de se laisser tenter par ces petites bestioles :

1) Vous serez surpris par leur saveur

Destinées aux amateurs de sucre, les larves d’abeilles sont crémeuses et gorgées de miel. Il suffit de plonger le bloc de cire dans de l’eau bouillant pour les récupérer. En ce qui concerne le grillon, son goût est généralement assimilé à la noisette et au pépin de courge. Enfin, pour les plus téméraires, les sauterelles crues ou natures ont la réputation d’être très savoureuses !

2) Vous lutterez contre les dérèglements de votre organisme

Tandis que les cigales, grillées ou en tisane, interviennent contre les douleurs de la vessie, les cloportes, à la forte teneur en carbonate de calcium, combattent les brulures d’estomac.

3) Vous ne souffrirez plus de carences

Les insectes ont de grandes propriétés nutritives. Ils sont dans l’ensemble riches en phosphore, magnésium, sodium, potassium et chlorures, mais sont également de bonnes sources de fer, de zinc, de cuivre, de manganèse, et de sélénium, et de vitamines A et B. Rien que ça !

4) Vous contribuerez à une solution écologique

La production de viande est vorace en ressources face aux insectes. Pour obtenir 1 kilo de protéines animales, le bétail demande 10 kg de protéines végétales, contre 3 kg pour les insectes. Leur reproduction et leur croissance sont plus rapides que n’importe quel animal d’élevage.

5) Vous y avez déjà goûté sans le savoir

Les insectes sont en contact régulier avec les matières premières utilisées par l’industrie agroalimentaire. A une telle échelle, impossible de faire le tri ! Il existe donc une norme légale pour leur présence dans les aliments : elle est par exemple de 80 fragments de cuticule d’insecte dans 100 grammes de chocolat. Au total, la consommation d’insecte est évaluée à un demi kilo par personne et par an.

 

Source : « Insectes Comestibles » de S.Much aux éditions plume de carotte

Découvrez notre sélection de recettes en page 2

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone