400 médicaments contiennent des parabens

Voilà une nouvelle bombe lancée sur l’industrie pharmaceutique. Le quotidien Le Monde vient de publier une liste de 400 médicaments contenant des parabens. Après les cosmétiques, c’est l’allopathie qui semble touchée de plein fouet par ce dérivé du pétrole.

Environ 400 médicaments, dont certains utilisés très souvent, contiennent des parabens, des conservateurs dont la toxicité et les effets cancérigènes ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques. La liste établie par Le Monde englobe aussi bien « des dentifrices que des traitements de l’asthénie, mais aussi des médicaments utilisés en chimiothérapie anticancéreuse en passant par des antibiotiques. »

Parmi les produits les plus courants, on retrouve : des crèmes comme la Biafine ; de nombreux sirops contre la toux (Clarix, Codotussyl, Drill, Hexapneumine, Humex) ; des pansements gastriques (Maalox, Gaviscon) ; des traitements des troubles du transit intestinal (Motilium) ; des médicaments contre la douleur et la fièvre (formes génériques d’ibuprofène et de paracétamol) ; sans oublier les formes génériques de ces médicaments.

A quoi servent ces parabens ? Ils sont présents dans des milliers de produits cosmétiques, alimentaires et dans des médicaments afin d’éviter le développement de champignons et de micro-organismes qui pourraient être nocifs pour l’homme. Les conservateurs ont également pour objectif d’empêcher la dégradation du médicament et la baisse de son efficacité, voire d’éviter sa nocivité.

Le 3 mai dernier, les députés ont adopté la proposition de loi de Yann Lachaud (Nouveau Centre, Gard) visant à interdire l’utilisation des phtalates, des parabens et d’alkylphénols, trois catégories de perturbateurs endocriniens. Tout ceci contre l’avis du gouvernement. Le texte doit encore être voté par le Sénat avant d’être appliqué, mais l’inquiétude monte déjà dans l’industrie pharmaceutique, qui serait obligée de trouver des substances de remplacement.

Une étude de toxicologie est en train d’être menée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) avec l’aide de plusieurs laboratoires pharmaceutiques. Selon Vincent Gazin, responsable de l’unité de toxicologie clinique de l’Afssaps et pilote de l’étude en cours, « les 400 spécialités pharmaceutiques contenant des parabens concernent environ 80 firmes titulaires d’autorisations de mise sur le marché » confie-t-il au Monde. Nous devrions connaître les premiers résultats de l’enquête en novembre prochain.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone