Climat : 2001-2010, décennie des phénomènes extrêmes

ouragan Katrina aux États-Unis commons wikimédia.orgVagues de chaleur sur l’Europe en 2003, sur la Russie en 2010, ouragan Katrina aux États-Unis en 2005, inondations au Pakistan en 2010… Notre Terre a connu des phénomènes climatiques extrêmes à fort impact pendant la décennie 2001-2010, sur fond de réchauffement mondial, d’après un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

 

 

Même si on ne peut pas dire qu’on est en pleine canicule en ce moment, la planète, elle, aurait besoin d’un bon bol d’air frais ! La période 2001-2010 est la plus chaude qu’aient connue les deux hémisphères, entraînant notamment un recul rapide de la banquise de l’Arctique et une perte accélérée de masse nette des inlandsis du Groenland, de l’Antarctique et des glaciers de la planète. L’année 2010 gagne la place de  l’année la plus chaude jamais enregistrée.

Ces phénomènes s’expliquent en partie par la variabilité naturelle du climat, mais pas que…

Le rapport met également en évidence le rôle joué par la hausse des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre.

Pour le Secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud : « Le rapport de l’OMM révèle que le climat s’est nettement réchauffé entre 1971 et 2010 et que le rythme décennal d’augmentation des températures sur les périodes 1991-2000 et 2001-2010 est sans précédent. Les concentrations croissantes de gaz à effet de serre, dont la spécificité est de piéger la chaleur, sont en train de transformer notre climat, avec les bouleversements que cela suppose pour l’environnement et les océans, qui absorbent à la fois le dioxyde de carbone et la chaleur. »

 Plus de 370 000 morts

Ces vagues de froid ou de chaleur, ces sécheresses, ces tempêtes et inondations ont coûté la vie à  370 000 personnes, soit une hausse de 20% par rapport à la décennie 1991-2000.

Pour l’OMM, il est donc important « d’approfondir ces recherches afin de consolider la science du climat et d’aider la société, grâce à des services climatologiques de meilleure qualité, à s’adapter au changement climatique« .

Lire l’étude The Global Climate 2001-2010, A Decade of Climate Extremes (en anglais)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.