Tendance :

15 éco-gestes pour fêter Noël durablement

En ces périodes de fêtes, la tendance est trop souvent au gaspillage. Emballages, papiers cadeaux, nourriture… Quinze conseils pour un réveillon respectueux. Par Yolaine de la Bigne et Noéconservation. Cet article est extrait du numéro 17 du magazine NEOPLANETE.

the-christmas-tree-1081323_1280

J’envoie des invitations virtuelles

Le traditionnel carton d’invitation, arrivant dans notre boîte aux lettres quelques semaines avant le jour J, a comme un arrière goût de carbone. Papier, encre, timbre, transport, tout cela est-il vraiment indispensable ? À l’ère d’Internet, choisissez une invitation électronique qui vous ressemble, créative, personnalisée. Pensez-y également au moment d’envoyer vos vœux pour la nouvelle année…

Je pense au covoiturage

Le grand jour est arrivé ! Dans l’excitation n’oubliez pas vos bonnes habitudes : le covoiturage. Vous n’êtes peut-être pas la seule personne de votre région à vous rendre à la soirée. Partir à plusieurs permet de débuter la fête plus tôt, de faire parfois plus ample connaissance et de passer un moment convivial sur la route. Si vous organisez vous-même la soirée : pensez à mettre en relation les personnes habitant à proximité et qui ne se connaissent peut-être pas. Vous partez très loin ? Pensez au train ! Plus économe pour votre porte-monnaie… et pour la planète !

Je crée une décoration de table durable

Oubliez la nappe en papier et les couverts jetables : après de brefs services rendus, ils viendront alourdir la poubelle qui n’en a pas vraiment besoin à cette période. Sortez la nappe et les serviettes en tissu, votre beau service de table et optez pour une décoration naturelle : raphia, pommes de pin, noix, bâtons de cannelle, houx et cynorhodons pour une touche colorée et de saison à votre table.

Je concocte un menu local et de saison
8304469953_992c6ca369

En cette période de fêtes de nombreux produits proposés sur les étals ont parcouru de nombreux kilomètres pour arriver jusqu’à dans notre assiette. Les fraises en décembre sont une aberration écologique (et gustative !), mais qui pense à regarder l’origine des crevettes, jus d’orange et autres ananas ? Dans votre région, de nombreux producteurs proposent des merveilles produites et transformées sur place : encouragez l’économie locale et limitez l’empreinte carbone de votre repas de fête.

Je n’ai pas les yeux plus gros que le ventre

D’où vient cette crainte de « ne pas avoir assez » au moment de prévoir le repas du réveillon ? Soyons réalistes, chaque année les restes du repas viennent engorger notre frigo ou pire, nos poubelles. Prévoyez des quantités justes et raisonnables ! Si chacun souhaite apporter sa contribution au repas, pensez à donner des consignes claires : l’un prévoit l’entrée (et juste l’entrée), un autre s’occupe des boissons, etc. Cette année, c’est promis, le tube de citrate de bétaïne restera dans les placards.

J’illumine, juste ce qu’il faut !

La débauche de lumière en période de fêtes implique une surconsommation d’énergie pharamineuse, dans une période où les centrales tournent déjà à plein pour chauffer de nombreux foyers… Optez pour les guirlandes traditionnelles et l’éclairage naturel à la bougie. Vous adorez les guirlandes lumineuses ? Choisissez-les peu consommatrices en électricité et débranchez-les la nuit : les animaux nocturnes, dont le cycle biologique est perturbé par ces nuisances lumineuses, vous en remercient à l’avance !

Je fais la chasse aux emballages

Cadeau ensaché, emballé dans une grosse boîte en carton et recouvert d’un joli papier sur lequel flotte un beau nœud brillant… Quatre emballages pour un seul et même cadeau ! Fête de la consommation, Noël est également la fête de l’emballage. Or, les papiers cadeaux ne sont pas recyclés. Pensez à réutiliser les boîtes et autres contenants que vous avez chez vous. Amusez-vous avec du papier kraft, de la ficelle, des morceaux de tissus… Déballez vos cadeaux avec soin et récupérer papier et rubans qui pourront être réutilisés à d’autres occasions !

J’offre des cadeaux qui ont du sens

En panne d’idée cadeaux, le risque est grand de porter son choix sur un énième objet déco ou une cravate humoristique qui restera dans les placards… Optez pour LE cadeau idéal, durable, en matière renouvelable, avec peu d’emballage et qui fait plaisir à coup sûr. Pour ça, pensez à visiter les boutiques d’artisanat local et/ou équitable.

Pas n’importe quel joujou

Jouets_en_bois_(8322460218)Évitez les jouets à piles, polluants et très chers au final. Pensez à la qualité pour que vos petits monstres puissent y jouer longtemps. Méfiez-vous du plastique et des additifs douteux et préférez les matériaux naturels (bois certifié, coton bio, etc.). Malgré l’existence d’une règlementation européenne, la majorité des jouets ne fait pas l’objet d’un contrôle indépendant et d’un étiquetage suffisant en termes de composants ou de substances chimiques.

Je n’oublie pas  les cadeaux dématérialisés

Garantis sans déchet : les places pour aller au spectacle ou au concert, entrées d’exposition, abonnements sportifs, séances beauté en institut, découverte des produits du terroir dans un restaurant de renom… À vous de trouver le cadeau qui correspond le mieux et qui permettra de passer un moment privilégié, gravé dans les mémoires.

J’opte pour le cadeau groupé

Finies les babioles inutiles oubliées dans une semaine ! Arrangez-vous en famille et cotisez-vous pour de beaux cadeaux qui font réellement plaisir, un petit voyage, un objet d’art… Offrons moins mais mieux !

Je recycle mon sapin

Le roi des forêts devient le temps d’une soirée le roi de nos foyers… avant de finir sur le trottoir ! Or, six millions de sapins sont vendus chaque année en France.  Choisissez un arbre cultivé en France, dans le Morvan par exemple, afin de réduire les kilomètres parcourus jusqu’à votre domicile et demandez, même s’ils sont encore rares, qu’il soit certifié FSC (issus de forêts gérées durablement). Vous avez un jardin ? Achetez le en pot, vous pourrez le replanter à condition de ne pas attendre trop longtemps pour que ses racines ne sèchent pas. Ceux qui optent pour un arbre coupé peuvent l’apporter, après les fêtes, chez Ikea ou à la déchetterie où il sera composté. La fausse bonne idée serait de recourir aux sapins artificiels, lourds sur l’environnement… à moins d’être réutilisés vingt ans. Enfin, pensez au sac à sapin : vendu 5 euros au profit de Handicap International, il décore le pied du sapin et permettra ensuite de l’emballer pour l’emmener à la déchetterie.

Je crée un arbre original

Laissez libre cours à votre imagination. Et inventez avec vos enfants un arbre stylisé, moderne, innovant, fabriqué avec du matériel recyclé, des cintres, des cannettes…

J’évite les décorations « made in China »

Boules, personnages, angelots… 90 % du marché vient de Chine. Préférez les produits artisanaux issus du commerce équitable. Et vous pouvez organiser un atelier avec vos enfants pour transformer des petits jouets, dont ils ne se servent plus, en décoration de sapin.

Je trie les déchets

À Noël, chaque Français rejette deux fois plus de déchets que d’ordinaire ! Parmi les papiers cadeaux, boîtes vides et rubans, vestiges des cadeaux échangés, pensez à conserver ceux qui pourront resservir ! Les déchets organiques compostables trouveront leur place au fond du jardin. Les cadeaux reçus en double et ceux qui ne sont pas à votre goût peuvent toujours être échangés, voire revendus, sur des sites spécialisés ou cédés à des associations comme Emmaüs afin de bénéficier à d’autres.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de très bonnes fêtes de fin d’année !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.