Néoplanète cité sur France Info

Voici une chronique de Denis Astagneau pour France Info dans laquelle il cite le magazine Neoplanete.

Comme les dés, il a les coins arrondis donc il roule. Plus sérieusement, ce Cube présenté par Nissan est la première nouveauté auto de l’année 2010. Au Japon, c’est une star absolue des rues depuis déjà huit ans. Reste à savoir si les canons esthétiques sont les mêmes à Paris et à Tokyo et là, c’est une autre histoire.

Car cette voiture est « clivante », autrement dit elle va diviser l’opinion entre pour et contre. Elle ne peut pas laisser tiède.

Si vous l’avez vue en photo, vous avez remarqué ses formes anguleuses, originales, mais il y a une chose que vous n’avez pas pu apprécier, c’est sa taille. Le Cube est beaucoup plus massif qu’on ne le suppose : pas en longueur, 4 mètres de long, c’est la taille de la Clio,mais en hauteur : le toit tout plat est à 1,67 m de hauteur. Le Cube est aussi haut que large. Avec un petit capot, tout plat lui aussi devant un pare-brise quasiment vertical.

Si on joue au jeu des ressemblances, on retrouve pas mal du Fiat Multipla, le monospace à 3 places de front, qui, lui aussi, avait les flancs verticaux et les portes plaquées. Pas mal aussi du Kangoo, du moins dans sa version « ludospace ». Et surtout, le Cube vient marcher sur les brisées du Citroën C3 Picasso. Et pourquoi pas sur celles de la Mini.

Mais l’audace du Cube, son coté décalé, c’est son asymétrie. Autrement dit, il n’a pas le même coté droit que le coté gauche. La responsable, c’est la lunette arrière qui enroule sa vitre fumée jusqu’à rejoindre, mais à droite seulement, la vitre latérale. Le montant arrière est escamoté sous le verre. A gauche, c’est plus classique. A l’arrière point de hayon, on accède au coffre en ouvrant un porte battante comme sur un 4X4. Est-ce vraiment plus gênant pour charger le coffre quand on est dans un stationnement serré ? A voir.

L’avantage d’une forme cubique, c’est que cela dégage de la place à l’intérieur. Et cC’est tout à fait le cas ici. Le coffre peut varier de 250 à 400 litres grâce à la banquette arrière coulissante. En revanche, seuls les dossiers des sièges se rabattent, ce qui ne forme pas un plancher plat pour les gros chargements. Grâce aux montants droits, 3 personnes tiennent à l’aise à l’arrière et elles sont inondées de lumière grâce au toit en verre de série qui peut être occulté par un store façon paille de riz. L’ambiance est véritablement zen, c’est à dire dépouillée. La planche de bord verticale en forme de vague ne regorge pas de boutons. Mais l’essentiel y est pour le conducteur.

Mais à qui s’adresse cet objet roulant ? C’est la question posée à Jert Van Abend, le directeur du produit Cube pour l’Europe.

Et le prix ? Et bien c’est là où le bât blesse. Car avec des tarifs autour de 20.000 €, pas sûr que les femmes craquent autant que pour la Mini qui est devenue un phénomène de mode.

Est-ce que ce Cube est agréable à faire rouler ?

Oui, la conduite est beaucoup plus légère que ce que les formes de la voiture suggèrent. Bien qu’il soit plus lourd et plus haut, il est aussi agile sur route que la Note, la compacte de Nissan. Il freine bien et accélère gentiment grâce au diesel Renault 1,5 l de 110 chevaux qui va représenter 90% des ventes en France.

Consommation contenue : 5,2 l/100. A quelques grammes près, il aurait même pu décrocher un petit bonus.

Terminons sur l’environnement puisqu’il ne sera pas dit que cette chronique est systématiquement anti-ecolos. Neo-planète, c’est un magazine gratuit sur l’environnement de ma copine Yolaine de la Bigne. Et en page intérieure du numéro 12 de ce mois-ci, il y a un article intéressant sur la route du futur. Comment les axes routiers qui zèbrent le paysage peuvent aussi se mettre au vert avec des bitumes bio ou ceux qui absorbent les gaz d’échappement…Neo-planète avec trois grands chefs cuisiniers Ducasse, Rollinger et Passard en couverture.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone