Les Tigres sur la brèche

Un nouveau rapport du WWF « Les Tigres sur la brèche : affronter le défi au Grand Mékong » indique que la population des tigres du Grand Mékong a diminué de 70% : elle est passée de 1200 individus en 1998 à moins de 350 répartis sur cinq régions : Cambodge, Laos, Myanmar, Thaïlande et Vietnam.

Les Tigres sur la brèche parait aujourd’hui, alors que les chefs des Etat dits « du Tigre » – Bangladesh, Bhutan, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Népal, Russie, Thaïlande et Vietnam – se préparent à assister à la première Conférence Ministérielle Asiatique sur la préservation du tigre, qui va se dérouler du 27 au 30 janvier à Hua Hin en Thaïlande.

Ce déclin du tigre du Grand Mékong se reflète nettement au niveau mondial puisque la population de tigres à l’état sauvage a atteint un niveau historiquement bas avec 3200 individus alors qu’elle était estimée à 6000 en 1998, précédente Année du Tigre.

Le rapport établit clairement que les deux causes de cette extinction de l’espèce sont à chercher d’une part du côté de la demande croissante de certaines parties de l’animal pour la médecine chinoise traditionnelle et d’autre part, du côté de la fragmentation des habitats du fait du développement non durable d’infrastructures.

Malgré cette tendance négative, il est encore possible de sauver les tigres du Grand Mékong. La région comprend les plus grands habitats juxtaposés du tigre au monde. Des espaces forestiers s’étendent sur une aire de 540 000 km², équivalente à la taille de la France, et constituent actuellement la zone prioritaire en terme d’initiative de conservation des tigres.

Le WWF demande donc aux Ministres des 13 Etats du Tigre d’accroître leurs efforts afin de doubler le nombre de tigres à l’état sauvage d’ici 2022.

« Il y a là une opportunité sans précédent pour inverser la tendance quant au nombre de tigres mais pour cela il va falloir faire preuve de courage politique en mettant un terme au braconnage et au commerce illégal de produits dérivés de l’espèce et surtout sanctuariser l’habitat du tigre » indique Mike Baltzer, Responsable de l’Initiative Globale du Tigre WWF.

Rapport disponible ici.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone