Lois écologiques :

Ce qui change en 2016

13 régions françaises, légère augmentation du SMIC, mutuelle pour les salariés du privé, augmentation du prix des timbres et des frais bancaires… L’année 2016 apporte quelques changements pour notre quotidien. Voyons ce qu’il se passe du côté de l’écologie !

612px-France_Flag_Map.svg

1) Interdiction des sacs plastiques
Initialement prévue pour le 1er janvier, l’interdiction des sacs plastiques à usage unique débutera en mars 2016. A noter que l’usage des sacs plastiques pour les fruits et légumes sera encore possible jusqu’en 2017.

2) Doggy bags obligatoires dans les restaurants
Les restaurateurs servant plus de 180 repas par jour doivent maintenant proposer aux clients de repartir à la maison avec leurs restes d’assiette emballés afin de réduire le gaspillage.

3) Augmentation des taxes à la pompe
Les taxes sur le gazole augmentent de 3,5 centimes d’euro par litre et de 2 centimes pour l’essence SP 95. Cela intervient dans le cadre de la contribution climat-énergie qui a pour but de développer les énergies moins polluantes.

4) Augmentation de la taxe du gaz naturel
Comme pour les autres carburants, la taxe de consommation de gaz naturel augmente. Ici, c’est de 1,7 euros par mégawattheure.

5) Certificat de « qualité de l’air pour les voitures »
Ce nouveau dispositif nommé « crit’air » permet d’identifier les véhicules les moins polluants à l’aide d’une pastille de couleur déposée sur le pare-brise de la voiture.

6) Indemnité kilométrique vélo pour les salariés
Dans le cadre du plan vélo, les employeurs peuvent prendre en charge, de manière volontaire, les salariés qui pédaleront pour rejoindre leur lieu de travail à hauteur de 25 centimes par km.

7) Bilan obligatoire des émissions de GES
L’Etat, les régions, les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants, les entreprises de plus de 500 salariés et les établissements publics de plus de 250 employés devront dresser chaque année un bilan de leurs émissions de Gaz à Effet de Serre.

8) Lutte contre la précarité énergétique
La vente des logements sociaux individuels trop énergivores est désormais interdite. Seuls les logements dont la classe énergétique est inférieure ou égale à E, soit une consommation de 330 kilowattheure par mètre carré et par an, pourront être proposés par les organismes HLM.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !