10 points importants de la forêt

À l’occasion de la journée internationale des forêts le 21 mars, voici quelques chiffres qui vous donnent un état général de cet écosystème riche et complexe, garant de la stabilité biologique, mais dont l’équilibre est sensible et fragile. 

Forêt pixabay

Tout d’abord, qu’est-ce que la forêt ? C’est un territoire d’une superficie d’au moins 50 ares avec des arbres qui peuvent atteindre une hauteur de plus de 5 mètres à maturité in situ, un couvert boisé de plus de 10% et une largeur moyenne d’au moins 20 mètres. Elle n’inclut pas les terrains boisés dont l’utilisation prédominante du sol est agricole ou urbaine (définition adoptée au niveau international (FAO) et utilisée par l’l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) qui présente Le Mémento « La forêt en chiffres et en cartes » édition 2014, qui rassemble les principales informations de référence sur la forêt en France métropolitaine.

Voici un aperçu de cet écosystème fragile :

Foret_de_CerisyEn France

1. La forêt en France métropolitaine couvre 30 % du territoire (16,5 millions d’hectares). C’est l’occupation du sol la plus importante après l’agriculture !

2. En métropole, la surface forestière a progressé entre 1980 et 2011 d’environ 87 000 hectares par an, soit 0,6% par an.
L’augmentation la plus forte se situe dans le sud-est (Languedoc- Roussillon, Corse et Alpes-du-Sud) et dans le nord-ouest (Bretagne et Pays-de-la-Loire).

3. Les trois-quarts de notre métropolitaine (12,2 millions d’hectares) appartiennent à des propriétaires privés, situés essentiellement dans l’Ouest de la France). La forêt publique représente donc le quart des forêts métropolitaines qui se répartit entre les forêts domaniales et celles publiques, essentiellement des forêts communales.

4. La forêt compense 20 % des émissions de carbone de notre pays.

5. La forêt engendre en France 400 000 emplois, soit 60 milliards de chiffre d’affaires.


Au niveau mondial

1. Les émissions de carbone des forêts sont en recul de 25% entre 2001 et 2015, principalement en raison d’un ralentissement du taux de déforestation mondial, selon les dernières estimations de la FAO.

2. Les forêts absorbent et stockent deux milliards de tonnes de CO2 en plus par an (2011-2015), à l’exclusion des émissions provenant de la déforestation. La moitié du puits de carbone forestier est liée à la croissance des forêts plantées.

3. L’Afrique, l’Asie ainsi que l’Amérique latine et les Caraïbes libèrent plus de carbone qu’ils n’en absorbent. Le Brésil représente à lui tout seul plus de la moitié de la réduction des émissions de carbone au plan mondial entre 2001 et 2015.

Amazon_57.53278W_2.71207S4. Les pays développés constituent 60% du puits de carbone mondial, les pays en développement représentant quant à eux les 40% restants.

5. L’Amazonie n’est plus le « puits de carbone » que l »on connaissait. Selon la dernière édition de la revue Nature, la forêt amazonienne capte de moins en moins le dioxyde de carbone anthropique : environ un quart de COest absorbé par la végétation terrestre et les forêts tropicales. Résultat : le CO2 va s’accumuler plus vite dans l’atmosphère, ce qui n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour stabiliser le climat !

Si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir notre patrimoine forestier ou arboricole demain, rendez-vous sur http ://www.journee-internationale-des-forets.fr/

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.