10 éco-gestes pour un été harmonieux en bord de mer

Cette année encore, pour une forte majorité de Français, les vacances se passeront en bord de mer. Que du bonheur en perspective, pourvu que la communauté de plagistes s’unisse pour profiter respectueusement des joies de la nature ! Pour commencer, 10 conseils verts à adopter. Avec Noé Conservation.

1. Je ne fais pas de camping sauvage sur la plage

Ah, la douceur d’un soir d’été… La tentation est grande de passer la nuit à la belle étoile, sur la plage, à la chaleur d´un petit feu improvisé. Oui mais non, car c’est interdit et surtout dangereux. Vous risquez d’enflammer la flore, très sèche en cette saison. Et même si votre feu est loin de toute plante, un coup de vent et l’envol d’une flammèche peut tout faire basculer. De plus, une petite brise et c’est un sac plastique ou un emballage de saucisson qui s’envole et vient polluer un peu plus nos si jolis littoraux. Avouez que ce serait dommage, non ?

2. Je choisis bien mes souvenirs

Quand on s’offre de belles vacances, et surtout si on quitte notre beau pays pour des contrées lointaines, on aime bien rapporter quelques souvenirs… Mais prenez garde aux fausses bonnes idées ! En effet, certains souvenirs «naturels» impactent la biodiversité et menacent la faune et la flore locale. Nombreux objets sont fabriqués directement à partir d’animaux ou de plantes, comme le corail rouge, les écailles ou les carapaces de tortue, voire des bois exotiques. Préférez les produits artisanaux en matières naturelles facilement renouvelables et optez pour les spécialités culinaires locales !

3. J’évite le hors-piste

Les plages bondées de touristes ne vous tentent pas trop et vous préféreriez une petite balade hors des sentiers battus ? S’il est vrai que certains milieux à l’aspect sauvage sont attrayants, sachez que, comme au ski, faire du hors-piste n’est pas toujours faire le bon choix ! Les dunes, par exemple, représentent un véritable sanctuaire de biodiversité et protègent, entre autres, la plage de l’érosion. Les piétiner peut réellement endommager ces édifices naturels. En quittant les chemins aménagés, vous risquez aussi de marcher, sans le savoir, sur des plantes qui peuvent vous paraître insignifiantes, mais qui s’avèrent rares et protégées comme certaines orchidées. Vous risquez aussi de déranger des sanctuaires d’oiseaux ou des zones de reproduction d’animaux.

4. En bateau, je reste attentif à l’environnement marin

Envie de prendre le large ? La navigation de plaisance est une activité très agréable pour les vacanciers, mais agressive pour l’écosystème marin. Pour en limiter l’impact, n’oubliez pas vos réflexes éco-citoyens ! Ne jetez aucun déchet à la mer. Conservez-les pour les mettre à la poubelle une fois de retour sur le plancher des vaches. Faites vérifier l’état de votre moteur afin de prévenir toute fuite d’huile ou de carburant. Si vous avez choisi la Méditerranée comme destination, soyez attentifs à ne pas jeter votre ancre dans les herbiers de Posidonies. Ces algues, en apparence banales, abritent un nombre très important d’espèces et sont une véritable source d’oxygénation de notre mer azur. Veillez donc à vous amarrer uniquement dans les zones sablonneuses de couleur claire.

5. J’écris mon courrier sur des cartes postales écolo

Sur la plage ou sur une terrasse de café, impossible de l’éviter : l’écriture des traditionnelles cartes de vacances… Chaque année, en France, 40 millions de cartes postales sont envoyées. Ne pas oublier la famille, les amis et peut-être aussi vos collègues restés dans la grisaille du bureau. Délicate attention, mais qu’en est-il de la planète ? Cette année, optez pour les cartes postales écolo ! L’Union professionnelle de la carte postale (UPCP) encourage les filières vertes pour des cartes plus respectueuses de l’environnement en papier recyclé et imprimées avec encres et vernis sans solvants. Les labels FSC, Imprim’vert et des partenariats avec certaines associations écologiques signent ces engagements.

6. Je laisse les oursins en paix

Catch of the dayAdeptes du « snorkling » et de l’exploration des fonds marins, vous pouvez être tenté de ramasser ces délicieux oursins, histoire de mettre un peu de piquant à votre menu ! Mais avant de les déloger, sachez que la « saison » des oursins est limitée. Du 16 avril au 31 octobre, leur pêche est absolument interdite. Durant la période autorisée, le nombre de prises est limité et vous devez respecter une taille minimale (moins de 5 cm sans les piquants). Avant de vous lancer dans l’aventure, renseignez vous auprès de la Direction des affaires maritimes (Dam).
www.developpement-durable.gouv.fr

7. Pour mes repas, je choisis des produits locaux

Se prêter au jeu de la découverte de la gastronomie locale est toujours une expérience enrichissante et dépaysante. C’est un bon moyen de mieux connaître la culture du pays ou de la région et de savoir comment vivent leurs habitants. Cela a d’autres avantages, comme éviter d’importer par avion des aliments en provenance d’autres pays pour satisfaire certains touristes et ainsi de contribuer à l’économie locale. Vous reprendrez bien quelques larves frites ?

8. Je garde mes bonnes habitudes

Quel plaisir d’arpenter les marchés locaux! C’est un vrai moment de convivialité et l’occasion de découvrir les richesses de toute une région. Mais pour vos emplettes ensoleillées, gardez vos réflexes et refusez les sacs plastiques qu’on vous propose et qui finissent régulièrement sur nos plages et dans la mer. Vous éviterez ainsi que les animaux marins ne les confondent avec les méduses dont ils se nourrissent, ou pire qu’ils s’emprisonnent dedans et meurent étouffés. Alors, pensez avant de partir à glisser dans vos bagages le sac-cabas qui vous accompagne toute l’année, ou procurez-vous une jolie besace en toile sur le lieu de vos vacances.

9. Le 14 Juillet, je fais attention aux pétards et aux feux d’artifice

United colors of EiffelLe 14 Juillet, c’est la fête nationale, et c’est surtout le seul jour où vous êtes autorisés à exprimer votre joie avec feux d’artifice et autres pétards. Ce plaisir des yeux (et des oreilles ?), peut s’avérer extrêmement néfaste pour la biodiversité. Le bruit des explosions le jour, et surtout la nuit, dérange considérablement toute la faune locale. Si vous tirez ces feux vers la mer, les restes de poudre et les contenants sont dangereux pour la faune marine. Et l’été, souvent les sols sont souvent secs, méfiez-vous des étincelles qui risqueraient de provoquer un incendie. Pour plus de sécurité, consultez la municipalité pour connaître les lieux spécifiques dédiés ou tout simplement, abstenez-vous ! La nature vous le rendra…

10. Je pique-nique écologique

Quoi de plus sympathique qu’un petit pique-nique sur la plage entre deux baignades ? Malheureusement, s’il est associé à la détente et aux vacances, ce moment privilégié est trop souvent synonyme de déchets. Evitez donc de prendre de la nourriture emballée dans des barquettes en polystyrène ou en emballages individuels. Et surtout, une fois le repas terminé, veillez bien à tout ramasser, y compris les trognons de fruits dont le paysage se passerait bien !


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone